Login

Register

Login

Register

close

Archives

Archives

ArchivesMagazineNews de Mode

Baptiste Giabiconi & Aubade Homme: la nouvelle collection

blakemag_magazine_aubade_collab_homme_Bptiste_Giabiconi_cover

Baptiste Giabiconi a reçu carte blanche pour réaliser une ligne de sous-vêtements masculins pour la saison Printemps/Eté 2021.
Après s’être imposé comme LE mannequin phare de ces dernières années en ayant travaillé aux côtés de noms de la mode et côtoyé le plus grand d’entre eux, le regretté Karl Lagerfeld, c’est tout naturellement que Baptiste a accepté de réaliser une ligne de sous-vêtements pour la collection AUBADE HOMME.

Pour lui, comme pour la marque, cette collaboration est une évidence, le même esprit, les mêmes envies. Baptiste Giabiconi incarne la séduction à la Française, le charisme, le sex appeal et la modernité, il est l’Homme Aubade par excellence !
Après un travail de réflexion et de recherche, la thématique de la collection AUBADE HOMME s’est orientée vers le tatouage. Pour la nouvelle collection avec Baptiste Giabiconi, Aubade a développé une nouvelle forme de boxer : Le trunk. Cette nouvelle forme de boxer est plus courte, elle est à la fois moderne et confortable. La collection est disponible dans deux coloris contrastés : Red Ornament et White Ornament ! Imprimé rouge et noir ornemental et graphique tout en modernité cocréé exclusivement par Baptiste Giabiconi. La ceinture noire est logotypée, ton sur ton Aubade || Baptiste Giabiconi.

A la fois décoratif et symbolique, l’art ancestral du tatouage, adopté par toutes les classes sociales, et particulièrement prisé des jeunes hipsters, permet toutes les fantaisies. Baptiste a donc choisi des tatouages faits d’arabesques, de volutes et de fleurs dans des tons tout en contrastes : le rouge et le noir, le blanc et noir. Lors d’un shooting exceptionnel, la collection Aubade & Baptiste Giabiconi prend vie sous le soleil méditerranéen, mise en valeur par le photographe Markus Jans et le corps de Baptiste.

 

Entrer
ArchivesMagazineNews de Mode

JEANERICA, LE DENIM SCANDINAVE ECORESPONSABLE

BLAKEMAG_MAGAZINE_MODE_HOMME_JEANERICA_COVER

Jeanerica est le premier label de denim premium écoresponsable. Après leur passage par Acne Studios ou encore H&M, les créateurs Lena Patriksson et Jonas Clason lancent leur label en 2017 à Stockholm. Conçu pour durer grâce à des tissus organiques et des techniques de fabrication innovantes, le vestiaire Jeanerica propose des pièces modernes et intemporelles.

Cette nouvelle marque Scandinave se distingue par un fort engagement envers l’écologie et l’écoresponsabilité. Le denim qui compose les différentes pièces de la collection est fabriqué à partir de coton organique et leurs techniques de délavage permet une économie d’eau considérable.

Fabriqué en Suède, le vestiaire est unisexe et essentiellement composé de pièces essentielles en denim et coton responsables. Les t-shirts et sweatshirts sont en coton biologique, toujours en accord avec l’engagement de Jeanerica.

Jeanerica est distribué dans de nombreux points de vente en Scandinavie et en Europe. À Paris, on peut retrouver la marque en vente chez Centre Commercial, Smallables ainsi qu’au Printemps de l’Homme.

Pour la collection Printemps-Eté 2021, Lena Patriksson et Jonas Clason rendent hommage aux styles iconiques de notre passé et de notre présent, pour des pièces modernes qui deviendront les incontournables de demain. La marque présente ainsi une collection variée, composée des basiques des dernières décennies pour créer le vestiaire idéal.

Jeanerica offre des silhouettes fortes ponctuées de couleurs vives et de tons naturels subtils afin de recréer une garde-robe intemporelle, fidèle à l’identité de la marque et à son engagement écoresponsable.

www.jeanerica.com

Entrer
ArchivesHorlogerieMagazine

CHANEL – EXCEPTIONNELLE J12 X-RAY

BLAKEMAG_MAGAZINE_HORLOGERIE_HOMME_CHANEL_J12_XRAY_COVER

En l’an 2000, Chanel lance la montre J12 désarçonne le monde de l’horlogerie. Dans sa robe de céramique noire, puis blanche en 2003, elle transforme ce matériau haute résistance en matière précieuse et fait rentrer, de manière définitive, le noir et le blanc dans les codes de l’horlogerie. La première icône horlogère du 21ème siècle connait un succès immédiat.


En 2020, la montre J12 a fêté ses vingt ans et ne laissera personne dire que ce n’est pas le plus bel âge de la vie. Sans renier son passé, elle s’affranchit des codes couleurs qui ont fait son triomphe. Elle passe aux rayons X.
Elle abolit le noir, transcende le blanc et surpasse la couleur en choisissant la transparence. La nouvelle montre J12 X-RAY affiche sa clarté horlogère dans un boîtier de saphir inédit laissant admirer la pureté de ses formes.
Dotée d’un nouveau mouvement conçu et assemblé par la Manufacture CHANEL – le Calibre 3.1, la J12 X-RAY mise sur la transparence. La platine, le pont de minuterie, le pont de rouage sont en saphir. Ils s’effacent pour laisser passer la lumière et révéler une dentelle brodée de rouages. Chacun de ces composants mesure entre 0,5 et 1mm d’épaisseur seulement.


L’assemblage du mouvement requiert la délicatesse, la patience et l’expertise des maitres horlogers. Une opération qui dure une semaine complète. Le cadran est en saphir aussi et serti d’index en diamant taille baguette. Douze diamants qui semblent en suspension.
Pour la première fois de l’histoire, une montre se voit également habillée d’un bracelet dont la totalité des maillons a été taillée dans du saphir brut. Une prouesse technique. Une première mondiale.


Lumineuse, la lunette est pavée de diamants taille baguette d’un total de 5,46 carats. Éclatante, la couronne est chapeautée d’un cabochon de diamant. Nobles, les aiguilles et la boucle sertie sont, comme il se doit, en or blanc.
En édition limitée de seulement 12 pièces, la montre J12 X-RAY ouvre une nouvelle ère dans l’histoire de la couleur. 

Entrer
ArchivesMagazineNews de Mode

THE NORTH FACE: SNOW ROGUE la collection vintage

blakemag_magazine_online_mode_homme_thenorthface_SnowRogue_cover

The North Face présente une collection capsule outrageusement rétro avec un look totalement inspiré des années 80, qui se replonge dans les archives du ski extrême pour présenter une collection de polaires et de vêtements de sport aux couleurs éclatantes.

La collection propose une silhouette qui incarne l’attitude de la culture ski des années 80, réédité pour la ville. Rappelez-vous les début du snowboard, les doudounes surdimensionnées, les couleurs fluo… on nous repérait de loin sur les pistes de Courchevel ou d’Avoriaz, d’Aspen ou de Big Bear. S’inspirant de la scène montagnarde, Snow Rogue offre une gamme complète de vestes de ski, de tee-shirts imprimés et de pantalons en laine polaire dans des tons prune et or, ainsi que la combinaison haïze pour femme et la veste Lhotse pour homme, imprimé en shibori.

Cette collection à la dimension vintage propose des pièces pour hommes et femmes dans des coloris assez vif. Des couleurs qui hier étaient tombées dans l’oublie et qui reviennent aujourd’hui sur le devant de la scène Mode. Cette dernière est d’ailleurs basée autour de deux d’entre eux : le Dramatic Plum et le Summit Gold, qui seront apposées sur des doudounes, des polaires, des t-shirts graphiques et des pantalons en molleton. On retrouve également d’autres pièces disponibles dans un coloris plus neutre, rendant la collection plus sobre pour les amateurs de simplicité ou simplement moins réceptif aux couleurs flashy. L’ensemble de la nouvelle gamme “Snow Rogue” de The North Face est disponible dans certains points de ventes, ainsi que sur le shop en ligne UK de la marque.

Des chaussures assorties et toute une série d’accessoires comme le bonnet Fleeski ou le chapeau Armadillo Bucket sont également disponibles. Vous aurez ainsi le choix de vous faire un total look vintage ou bien d’ajouter juste une touche de rétro dans votre silhouette. Une collection totalement rétro futuriste!

Entrer
ArchivesLifestyleMagazine

Russie de Fêtes: pour un diner de Tsar

noel russe_2020_agnes-solange2 3

La Russie et la France s’aiment depuis toujours mais peu d’entre nous connaissent sa gastronomie. Pourtant la cuisine russe est riche et franchement intéressante. Koulibiak, chachlyk, pirojki, bortsch… autant de plats dont nous connaissons le nom mais que nous avons rarement goûté. Sans nous lancer dans l’élaboration d’un menu compliqué, voici quelques suggestions pour un diner de fêtes digne du Kremlin. Bonne dégustation !

On commence par du tarama à la truffe de Petrossian. 

On poursuit bien évidemment par du saumon fumé Labeyrie, à manger avec un pain frais toaster

Un diner Russe digne de ce nom ne peut pas se faire sans caviar. Notre découverte Aurea Ova, un caviar d’exception, à déguster sur des blinis avec un peu de crème. Un régal!

Nous vous conseillons également le caviar Baeri affiné en Aquitaine de Comtesse du Barry.

Rien ne vaut la vodka pour déguster le caviar. Notre choix pour ce diner Russe: la vodka Kaspia. A déguster bien frappée pour porter un toast à la Sainte Mère Russie.

Un autre caviar, Français celui-ci, à déguster: le Beluga de Sturia, aux notes d’amande, de fève de tonka, avec une touche acidulée qui évoque le combava.

Et pourquoi pas faire un petit “écart” et déguster une rillette d’esturgeon et caviar ou encore le Tarama et caviar de chez Sturia. Une manière différente de découvrir le caviar mais tout aussi fraîche et délicatement marine.

Ou pourquoi pas le caviar d’Aquitaine Perle noire, dans sa gamme “Impertinent”, il offre des saveurs douces et subtiles, beurrées et sur des notes de noisette 

Dans un autre style et une autre saveur, nous aimons également la vodka Grey Goose.

Bien évidemment à continue avec les pirojkis à la viande ou au saumon à commander chez Sacha Finkelsztajn, rue des Rosiers. 

On ne peut pas ne pas finir sur une note sucrée. Le Vatrouschka, traditionnel gâteau au fromage blanc s’impose.

Dans un registre plus élaboré, voici la somptueuse Pavlova poire-amande de chez Café Pouchkine.

par Hervé Godard et Alexis Dumetier

Illustration: Agnès Solange @agnes_solange_art

Entrer
ArchivesMagazine

Pierre Cardin: au Futur, jamais au Passé.

Blakemag_magazine_Pierre_Cardin

Pierre Cardin, né Pietro Costante Cardin le 2 juillet 1922 à San Biagio di Callalta, près de Venise, en Italie. Ses parents s’installe en France lorsqu’il a 2 ans et il grandit à Saint Etienne.
Il arrive à Paris en 1945, à vélo, et rentre chez Paquin, puis chez Schiaparelli. La même année il fait la connaissance de Jean Cocteau et du décorateur Christian Bérard,  et travaille sur le film ” La Belle et la Bête” où il participe à la création des costumes.
En 1946, il est le premier employé engagé chez Dior qui vient d’ouvrir au 30, avenue Montaigne.
En 1950, il fonde sa propre maison au 10, rue Richepanse (aujourd’hui rue du Chevalier de Saint Georges). Il crée des costumes de théâtre tout en proposant ses  propres créations. Il s’amuse du fait que tout le monde présente dans des caves. Il décide donc de présenter sa collection dans un grenier repeint en blanc du sol au plafond.

L’année 1954 voit le triomphe des robes bulles dans le monde entier. Cardin inaugure “Eve” sa première boutique au 118, rue du Faubourg Saint Honoré.
1957 est l’année de son premier voyage au Japon. On lui donne le titre de professeur honoraire à l’école de stylisme de Bunka Fukuso où il enseignera la coupe en trois dimensions pendant un mois.
En 1959, il présente la première collection de Prêt-à-Porter féminin au sein du grand magasin du “Printemps”. Il croit à la grande distribution. A l’époque, il est très critiqué par la chambre syndicale de la Couture, et contraint de démissionner. Trois ans plus tard, il reviendra à la chambre syndicale en tant que président.


1960 marque le lancement de sa première collection masculine, baptisée “Cylindre”, qui sera présentée par 250 véritables étudiants recrutés dans les universités et qui défileront dans les salons de l’hôtel de Crillon. Il crée le département “Prêt-à-Porter Homme” comprenant la mode et les accessoires.
Il a été le tout premier à faire parler de lui dans les années 1960 avec sa mode expérimentale, inventeur du courant « futuriste » avec ses compères français André Courrèges et Paco Rabanne.


En 1961, sur les conseils de Coco Chanel, l’actrice Jeanne Moreau qui cherche des tenues pour son prochain film vient chez Pierre Cardin. C’est le début d’une relation passionnée.  “Jeanne et moi, on est comme un jersey, un tissu qui se détend mais ne lâche pas” avait-il joliment confié au sujet de cette idylle avec l’actrice qui aura duré quatre ans.

En 1966, il présente sa première collection “Enfants” portée par une ribambelle de triplés!
En 1968, il rencontre l’actrice Américaine, Lauren Bacall, qui porte cette année-là les robes “Cardines” qui avaient la particularité d’être des robes thermo-formées.
1970 voit la transformation du “Théâtre des Ambassadeurs” en “Espace Pierre Cardin” qu’il vient de reprendre. Il dédie le lieu au théâtre, à la danse, à la musique, à la restauration, à la peinture et aux expositions les plus variées. Le lieu a fermé définitivement ses portes en Mars 2016 après plus de 45 ans de rayonnement culturel.


Eternel passionné de l’espace et de la conquête de la Lune, il a le privilège lors d’un voyage aux USA de pouvoir se rendre à la NASA et devient à cette occasion le premier civil à enfiler la  combinaison spatiale de Buzz Aldrin.
En 1972, il lance son premier parfum “Pour Monsieur”. Il lancera pas moins de 15 parfums pour homme entre 1988 et 2014.
Le 23 Décembre 1974, à 52 ans, Pierre Cardin est le premier couturier à faire la couverture du TIME Magazine. Il pose debout, torse nu, uniquement vêtu d’une serviette de toilette Cardin en guise de pagne, les chaussettes tombant sur les chevilles, près d’un fauteuil et un miroir “Silhouette”, eux aussi estampillés Pierre Cardin.  Sur cette image tout est dit ou presque : l’une des forces du couturier, c’est de savoir se diversifier.

En 1977, Pierre Cardin reçoit son premier “Dé d’Or”, destinction destinée à récompenser la collection la plus créative de la saison. Fait rarissime, il en recevra deux autres: en 1979, pour sa collection printemps-été, et en 1982, pour sa collection automne-hiver.

1978: il est le premier couturier français à voyager en Chine.
En 1979, le style Cardin prend la voie des airs puisque le couturier signe le design intérieur et extérieur du Westwind 1124 de la compagnie Atlantic Aviation.
1980 marque la rétrospective de 30 ans de création présentée au public au Grand Palais à Paris, mais aussi à Tokyo et New-York.


Le 4 Mai 1981, le couturier devient propriétaire du célèbre restaurant Maxim’s de Paris, situé au 3, rue Royale. Grand collectionneur d’Art Nouveau, il va restaurer le lieu dans sa beauté originelle.
Toujours en 1981, il lance son premier parfum féminin: “Choc”. Douze autres parfums féminin suivront entre 1985 et 2014.
En 1983, il est fait Chevalier de la Légion d’Honneur et reçoit les Insignes de Chevalier des Arts et des Lettres.
En 1987, il crée des costumes pour Maïa Plissetskaïa, l’une des plus grandes ballerines du monde.
Deuxième rétrospective en 1990 pour ses 40 ans de mode présentés entre autres à Londres, Kyoto, Mexico…

En 1991, grande première en Russie puisqu’il fait défiler ses modèles sur la Place Rouge de Moscou devant une foule de plus de 200000 personnes.
La même année, il reçoit le grade d’Officier de la Légion d’Honneur et est nommé Ambassadeur Honoraire de l’Unesco.
En 1992, il est élu Membre de l’Institut de France – Académie des Beaux-Arts.
En 1998, il inaugure le bateau “Maxim’s sur Seine” amarré au pied de la Tour Eiffel.
Le passage à l’an 2000 offre sa 3eme rétrospective pour ses 50 ans de création présentée à Paris, Shangai, Pékin, Los Angeles, Florence…
En 2001, il achète le Château du Marquis de Sade à Lacoste dans le Lubéron et y crée le Festival d’Art lyrique et de Théâtre de Lacoste qui a lieu chaque année au mois de juillet.
En 2006, il ouvre son musée “Passé-Présent-Futur” à Saint Ouen, près de Paris.

2007 est marquée par l’organisation d’un incroyable défilé présenté dans le désert de Gobi en Chine.
En 2010, il publie l’ouvrage “Pierre Cardin, 60 ans de création” chez Assouline, à l’occasion de sa 4ème tétrospective.
En 2011, il fait deux défilés, l’un sur un port-avion à Tianjin en Chine et l’autre à la Villa Médicis à Rome. La même année, il publie le livre “Maxim’s miroir de la vie Parisienne”.

En 2012, il défile sous la colonnade du Palais Brongniart, ancienne bourse de Paris, et sort le livre “Le Palais Bulles de Pierre Cardin” de Jean-Pascal Hesse (Editions Assouline).
L’année 2013 voit l’inauguration du “Bateau Ivre Maxim’s de Paris”, destiné aux croisières à la découverte du Paris historique et présente également “Maxim’s la Nuit”, collection haute-couture Maxim’s de Paris.


En 2014, il transfère son musée de Saint Ouen vers le centre de Paris au 5, rue Saint-Merri dans le Marais.
En 2016 il organise le premier défilé au sein de l’Institut de France à l’occasion d’un défilé rétrospective pour ses 70 ans de création.
A l’occasion du Salon du Meuble de Milan en 2017, la Galerie Carla Sozzani onvite Pierre Cardin pour une rétrospective de ses créations design.
En 2017, il présente 90 modèles iconiques lors d’un défilé Haute Couture à la résidence “The Breakers” – Newport (Rhodes Island, USA)
En 2018, exposition rétrospective “Pierre Cardin, la poursuite du Futur” au SCAD FASH Museum of Fashion+Film (Atlanta, USA).

Toujours en 2018, à l’occasion du 40ème anniversaire de la présence de Pierre Cardin en Chine, un spectaculaire défilé est organisé sur la Grande Muraille de Chine.
En 2019, au bord de la Mer de Bohai en Chine, Pierre Cardin présente la collection “Evolution” printemps-été 2020.
La même année, diffusion du film-documentaire “House of Cardin” au festival international du film de Venise. Le 20 Février 2020, inauguration de l’étoile Pierre Cardin sur le Walk of Stars de Palm Springs.


Bien que courtisé par de grands groupes, Pierre Cardin a dirigé seul son entreprise, dont il notait les recettes à la main sur un calepin. On estimait en 2019 que sa fortune était aux alentours de 600 millions d’euros.
Précurseur, visionnaire, génie des affaires, il multipliait les contrats de licence. En apposant sa griffe sur des cravates, des stylos, des sous-vêtements ou même des sardines à l’huile, ce génie des affaires avait fait de son nom une marque globale.
Un nom galvaudé d’après ses détracteurs. « La profession m’a agoni d’insultes. On disait que c’était vulgaire, que je ne tiendrais pas trois ans », confiait-il au Figaro en 2006. « Je n’avais pas de financier ; Christian Dior avait, lui, le soutien de l’empire Boussac. Moi, j’ai préféré garder les commandes donc il fallait trouver une solution. Les licences c’était idéal, même si parfois ce n’était pas une réussite. »
C’était peut-être vulgaire pour certains mais cela lui a garanti une indépendance financière qui lui a permis de réaliser ses rêves les plus fous, et il n’en manquait pas.
Après la disparition du grand couturier, la maison Cardin continue désormais à vivre grâce à son neveu Rodrigo Basilicati Cardin.

Entrer
ArchivesLifestyleMagazine

Galettes des rois, pour bien commencer 2021

epiphanie correia

La saison des galettes est de retour! Cette année même si beaucoup d’établissements sont fermés, une grande quantités d’artisans, de pâtissiers et de passionnés nous font de magnifiques créations pour l’Epiphanie. Nous vous avons préparés une sélection de belles galettes et de savoureuses brioches des rois, ainsi que quelques idées pour accompagner leurs dégustations.

Au Georges V, Michael Bartocetti et son sous chef Pierre-Jean Quinonero nous propose une couronne de pain viennois feuilleté croustillante à la crème de frangipane de Cazette (noisette de Bourgogne). Prix : 58 euros pour 6 à 8 personnes.

Le boulanger de la Tour : Une recette traditionnelle parfaitement exécutée, et à l’intérieur, se cachent des fèves dessinées par l’illustratrice Léa Maupetit, et pour cinq chanceux il existe des  galettes “au trésor” : qui on en leur sein une fève en forme de tour en argent, ce qui vous donnera accès à un déjeuner pour deux personnes au restaurant La Tour d’Argent. Prix : 4 personnes : 25 euros, 6 personnes : 36 euros

Nina Metayer propose cette année une galette Arbre de vie, aussi belle que savoureuse, aux notes de châtaigne grillées qui ne masque pas le goût de la frangipane. Son petit secret de pâtissière : le Beurre Charentes-Poitou AOP. Prix : 29 euros

-Les boulangeries BO&MIE propose cette année une galette Hexagonale, une galette en forme de France. La garniture est donc composée à 100% de crème d’amande avec une pointe de sirop d’orgeat (sirop d’amande) afin de relever le parfum du fruit. Une galette légère pour ne pas bouder son plaisir. Prix : 31,90 euros pour 6 personnes

Monoprix propose une galette Bio à la frangipane gourmande et généreuse, et au feuilletage bien beurré sans être trop lourd. pour Prix : 16,90 euros pour 6 à 8 personnes

Et pour l’accompagner nous avons choisi un cidre élégant du Val de Rance : Perle de fruit, Brut. Un cidre fait avec un assemblages de diverses variétés de pommes dont la Guivellic, une pomme utilisé traditionnellement en Bretagne et réputée pour sa bulle. Ce cidre est rond et sec à la fois sans aucune amertume, et sa bulle est particulièrement fine en bouche. Pour les plus gourmands il existe une version fruité de Perle de Cidre, qui apporte plus de gourmandise. Prix : 4,50 euros

-Chez Kayser vous pourrez déguster également une brioche de Noël, tradition souvent rattachée au Sud de la France qui est tout aussi savoureuse. Prix 16 euros

Et pour les pâtissiers amateurs la maison Kayser propose :

La Recette de la brioche des rois

TEMPS : 1ère pousse : 2 heures – Repos : 30 minutes – 2ème pousse : 2 heures – Cuisson

INGRÉDIENTS (POUR 2 BRIOCHES DE 6 PERSONNES) :

290g de farine de gruau (aussi appelée farine de force)

6g de gros sel de mer

60g de sucre

12g de levure fraîche de boulanger

44g de levain naturel

166g d’oeuf

1 oeuf pour la dorure

60g de crème fraîche épaisse

120g de beurre

8g de fleur d’oranger

86g de cubes multi-fruits confits

26g de cubes d’oranges confites

26g de raisins secs

10 cuillères à soupe de confiture sans morceaux

100g (ou plus selon vos goûts) de sucre en grains

Fruits confits entiers pour le décor (selon votre inspiration)

N’oubliez pas vos fèves et couronnes

PRÉPARATION

Commencez par verser tout ce qui est liquide dans la cuve de votre batteur : les œufs, le levain et la fleur d’oranger.

Ajoutez la levure et la farine. Démarrez le batteur en vitesse moyenne. Ajoutez le sel, le sucre et la crème fraîche épaisse. Pendant ce temps, malaxez le beurre avec votre main afin de le ramollir.

Une fois la pâte bien décollée de la cuve, passez en 1ère vitesse et ajoutez le beurre par petits morceaux. Repassez en vitesse moyenne le temps que votre beurre soit parfaitement incorporé dans la pâte. Repassez en 1ère vitesse, puis, ajoutez les cubes de fruits et les raisins secs. Ne mélangez pas trop longtemps pour ne pas détériorer les ingrédients dans la pâte.

Arrêtez votre batteur et aidez-vous de votre corne pour sortir la pâte. Posez-la sur votre tour fariné. Vous pouvez vérifier que votre pâte à brioche est parfaitement pétrie en prenant un petit morceau dans votre main. Vous devrez, alors être capable de pouvoir faire une jolie boule, sans qu’elle déchire. Formez une boule avec votre pâte.

Posez-la dans votre cul de poule recouvert d’un linge propre et laissez-la se reposer pendant deux heures.

Décollez votre pâte à l’aide de votre corne et posez-la sur votre tour très légèrement fariné. Divisez votre boule en 2 pâtons. Boulez vos pâtons et laissez-les se reposer sur votre tour fariné pendant une trentaine de minutes.

Percez votre pâton d’un trou au milieu (avec la paume de la main ou le coude). Allongez votre pâton en écartant votre trou avec vos mains et en le dégazant en même temps. Posez vos brioches sur la grille de votre four recouverte de papier sulfurisé en n’oubliant pas de laisser une espace de quatre doigts entre chaque couronne. Dorez vos brioches d’un œuf battu et laissez pousser pendant deux heures.

Redorez vos pâtons avec l’œuf battu avant la mise au four. Enfournez 25 min à 200°C.

Une fois refroidie, insérez votre fève dans la brioche à l’aide de votre couteau.

Badigeonnez votre brioche de confiture (sans morceaux, passez-la au mixer au besoin). Décorez vos brioches de fruits confits entiers. Finissez en apposant vos sucres grains sur les côtés de vos brioches.

 

 

 

 

 

-Nous pensons aussi aux pâtissiers privés de leur lieux de travail, COVID oblige…mais qui exercent toujours leurs passions, comme Hugo Correia, chef pâtissier et chocolatier qui exerce à L’Ours de Jacky Ribault, et qui malgré tout fait de belles galettes pour régaler ses amis et sa famille.

 

 

 

 

 

 

Et pour accompagner tous ces plaisirs royaux pourquoi pas se faire de jolis cocktails hivernaux à base de vodka Grey goose qui sort pour l’occasion une édition limitée hivernale.

Warm apple cider :

GREY GOOSE® a imaginé un cocktail unique à base de cidre chaud : le Warm Apple Cider une version twistée acidulée et fruitée du célèbre vin chaud.

INGRÉDIENTS

  • 4,5 cl de vodka GREY GOOSE® L’Original 2,2 cl de sirop d’érable
  • 3 cl de jus de citron
  • 3 cl de ginger beer
  • 12 cl de cidre de pomme

PRÉPARATION

  1. Mélanger le sirop d’érable, le citron, la ginger beer
    et le cidre de pomme dans une grande casserole à feu moyen.
  2. Porter à ébullition, puis réduire immédiatement à feu doux. Garder au chaud jusqu’au moment de servir.
  3. Ajoutez la vodka GREY GOOSE® et versez le tout dans un verre.
  4. Pour finir, le garnir de bâtonnets de cannelles et d’écorces de citron. Le cocktail est prêt

Hot Chocotini :

GREY GOOSE® met à l’honneur son fameux cocktail à déguster l’hiver, le Hot Chocotini. À base de chocolat chaud et de guimauves, ce cocktail est simple et facile à faire chez soi à siroter au coin du feu.

INGRÉDIENTS

  • 3 cl de vodka GREY GOOSE® L’Original 10 cl de lait
  • 15 g de chocolat noir
  • 2 cl d’Espresso
  • 1 cl de sirop Monin pain d’épice

PRÉPARATION

  1. Faire chauffer le lait à 65-70 degrés
  2. Ajouter le chocolat et remuer jusqu’à ce qu’il soit fondu (sa texture doit être uniforme). Si le chocolat ne se dissout pas complètement, utiliser un fouet.
  3. Ajouter le reste des ingrédients et mélanger.
    Pour agrémenter son cocktail, ajouter des petites guimauves. Cocktail à déguster dans un mug de préférence.

Sélection faite par Alexis Dumétier

Photo de couverture : @Hugocorreia_officiel

Entrer
ArchivesHorlogerieMagazine

OMEGA Speedmaster Moonwatch Master Chronometer

Blakemag_magazine_lifestyle_homme_montre_homme_OMEGA_cover

OMEGA va cette année, actualiser avec sa nouvelle génération de modèles de sa collection Speedmaster Moonwatch. Cela représente une chance pour les passionnés du monde entier de découvrir la dernière édition d’une montre très populaire, accompagnée de détails uniques en matière de design et d’un mouvement antimagnétique puissant certifié Master Chronometer.
« Au moment de revisiter une montre sacrée comme l’est la Speedmaster Moonwatch, chaque détail doit rester fidèle à son esprit originel », explique Raynald Aeschlimann, Président et CEO d’OMEGA. « Ce chronographe est reconnu dans le monde entier, nous avons donc abordé sa conception avec le plus profond respect, tout en augmentant les performances de son mouvement d’un cran. »
L’horloger suisse, à l’occasion du lancement palpitant, s’est inspiré du style de la 4e génération de Moonwatch, connue habituellement sous la référence ST 105.012 et portée par les astronautes d’Apollo 11 sur la Lune en 1969.

Véritables hommages à l’ère spatiale, elles sont dotées du boîtier asymétrique classique, du cadran à degrés, du fond du boîtier aux deux angles biseautés, du célèbre point au-dessus du chiffre 90 et d’un point en diagonale du chiffre 70 sur la lunette en aluminium anodisé.
De petits détails pourtant si importants dans le récit de l’histoire de la Speedmaster. La nouveauté la plus importante est sans doute l’introduction du Calibre Co-Axial Master Chronometer 3861. Le nouveau mouvement évite à la Moonwatch d’être affectée par les champs magnétiques les plus extrêmes, pouvant aller jusqu’à 15 000 gauss. De plus, il permet à la montre d’être certifiée Master Chronometer, la garantie du plus haut niveau de
précision, de performance, et de résistance aux champs magnétiques de l’industrie horlogère suisse.

Autour du poignet, OMEGA a apporté encore davantage de changements. Un bracelet  intégré et entièrement satiné offre un design composé de rangs de cinq maillons incurvés. Semblable au style des anciens de modèles de Moonwatch, elle est dotée d’un nouveau fermoir orné du logo OMEGA poli sur un couvercle au fini satiné. L’attention portée au détail par OMEGA sur cette collection revisitée se note jusqu’au cadran. Pour s’adapter à la fréquence du Calibre 3861, la piste des minutes est maintenant fractionnée en 3 divisions, contre 5 sur les modèles précédents. Un nouvel exemple des
exigences strictes de la marque en matière de précision.
Tant de choses à découvrir, c’est maintenant aux passionnés enthousiastes de la Moonwatch de choisir leur modèle de Master Chronometer parmi huit modèles exceptionnels, dont des versions en acier inoxydable, en or Sedna™ 18K ou en or Canopus ™ 18K. Toutes les versions sont garanties 5 ans par OMEGA.

Entrer
ArchivesMagazineNews de Mode

Air Jordan 11 ”Jubilee”: la mythique sneakers est de retour

blakemag_Courir_Jordan 11 Jubilee_COVER

L’iconique Air Jordan 11 Retro « Jubilee » aussi surnommée “Black Clear” et “25th Anniversary” est de retour grâce à Courir et  fêtera son 25ème anniversaire ce mois-ci. Incarnée par Michael Jordan pour son grand retour sur le terrain des Chicago Bulls en 1995, elle deviendra rapidement l’une des silhouettes les plus populaires de Jordan Brand. Les détails métalliques de cette Air Jordan 11 Retro font ainsi référence au Jubilé d’argent, qui célèbre les 25 ans d’existence de cette paire légendaire. 

Un coloris qui reprend les codes de la mythique Air Jordan 11 Space Jam. De par cette inspiration, on retrouve donc du cuir verni et du nylon balistique noirs traditionnels.Un logo Jumpman et les “23” au talons chromés vienne apporter une touche originale au design. L’inscription blanche “Jordan” sur les oeillets des lacets vient en guise de clin d’oeil aux samples originaux crées en 1995. Quelques touches de gris argenté au niveau des oeillets et du logo Jumpman renforcent la sobriété du modèle. Une midsole blanche associée à une outsole translucide milky viennent peaufiner ce design élégant. La box a également été repensée avec un packaging certes moins élégant, mais beaucoup plus fonctionnel que les précédentes boîtes à tiroir.

Portée aussi bien sur les terrains de basket qu’en dehors, ce modèle emblématique symbolise à la fois l’héritage de la paire et la mode, de par son histoire et son design toujours aussi actuel. Courir met en lumière ces attributs à travers une campagne visuelle à la croisée du basketball et de la mode féminine. Une façon de mettre en valeur une Air Jordan 11 capable de s’adapter parfaitement à un look citadin, qu’il soit féminin ou masculin.

La paire de Air Jordan 11 Retro « Jubilee » sera disponible pour toute la famille (Femme, Homme, Enfant) au prix de 220€ pour les adultes, et de 75 à 150€ pour les enfants. Depuis le 12 décembre au magasin Courir du Forum des Halles et sur www.courir.com.

Entrer
ArchivesLifestyleMagazine

Nouvel An: pour finir 2020 en beauté

gourmet_2020_agnes-solange_4

Officiellement pour ce Nouvel An, pas de “bamboche”, mais rien n’empêche d’ouvrir une bonne bouteille et de se faire une soirée festive en comité restreint. Que ce soit avec des bulles ou des saveurs de Noël, voir même sans alcool, voici nos suggestions pour cette fin d’année atypique.

 

-Champagne Hervé Dubois, Brut réserve, Au nez de beaux agrumes frais et en bouche il est citronné sur une fin minérale élégante. -Prix : 42,70 euros

 

-Champagne H.Baty, extra brut, blanc de blancs, Peu dosé donc d’une belle vivacité. Au nez il est brioché et en bouche il est bien vif. -Prix : 21,10 euros

 

-Champagne, Pannier Egérie, Extra brut 2008, Nez Acacia, en bouche c’est brioché et noisette grillée, sur les fruits jaunes mûrs. -Prix : 74 euros

 

-Champagne Mandois, Brut origine, Nez Tilleul et toasté, en bouche miel d’acacia, et brioche beurrée. -Prix : 26 euros

 

-Champagne J.Pierron-Léglise, Blanc de blancs millésimé 2015, Un nez calisson et noisette, puis en bouche c’est minérale et rond en même temps sur des notes de fruits confits -Prix : 19, 70 euros

 

-Champagne Delavenne, millésimé 2015, Au nez c’est un subtil mélange de fleurs blanches et d’agrumes, en bouche poire cuite et brioché. -Prix : 28 euros

Et pour changer des bulles…

-Saumur, Bouvet-Ladubay, Zero, extra brut, Au nez des notes de mirabelles et boisés. En bouche c’est très frais sur pêche blanche jeune et pomme grany smith-Prix : 17,90 euros

 

-Dom Pacello, Royal orange, Massenez, une belle liqueur d’orange, zestes séchés et frais, oranges douces et amère. -Prix : 79,90 euros

Pour rester zen et sobre même le soir du passage à l’année suivante :

 

-Aromandise, Tisane Magie de Noël, un mélange de morceaux de pommes, d’écorce d’orange, associés à la mélisse, à la cannelle et au clou de girofle, pour des saveurs très Noël et réconfortante avec ce froid. Prix : 8,50 euros

Sélection Alexis Dumétier

Illustration Agnes Solange, @agnes_solange_art

Entrer
1 2 3 100
Page 1 of 100

La Newsletter BLAKE

Chaque mois recevez des offres exclusives, coups de cœur, spots préférés, ventes très privées, sessions de découvertes culinaires et défilés et événements mode.

Le tout, sélectionné par la rédaction.