Login

Register

Login

Register

close

Archives

Archives

ArchivesMagazineNews de Mode

QUIKSILVER relance le boardshort THE ORIGINAL

Blakemag_magazine_online__Quiksilver_The_Original_Boardshort_cover

Le maillot le plus emblématique et populaire de Quiksilver est de retour ! Nommé « The Original », il rend hommage aux premiers modèles de la marque, avec leur design iconique et le panneau latéral en damier rétro, l’un des motifs les plus célèbres de Quiksilver, créé en 1969 et qui n’a cessé depuis d’influencer l’industrie du surf.

 

« The Original » a été le premier boardshort à associer style et performance pour devenir un vêtement qui représente l’énergie brute et progressive du surf. Il a gagné des titres mondiaux, il a enfreint des règles, il a inspiré des individus tout en les connectant à quelque chose de plus grand, devenant un blason d’honneur sur la plage et au-delà. Il a été copié, mis à jour, il a évolué, mais l’Original a toujours conservé son statut d’icône du surf, sur les plages, dans les villes et au-delà.

« The Original » – comme 100% des maillots de bain Quiksilver depuis 2020 – est fabriqué à partir de bouteilles en plastique recyclées. Quiksilver s’est concentré sur l’utilisation de bouteilles recyclées depuis la percée de cette technologie et, à ce jour, a réutilisé près de 250 millions de bouteilles. Nouveauté cette année, les maillots Quiksilver sont également dotés des nouveaux tissus Surf Silk et Highlite pour le confort, la durabilité et la performance, utilisant du nylon 100% recyclé provenant de bouées de pêche usagées.

En plus des tissus recyclés, les maillots sont construits avec une technologie qui épouse les lignes du corps pour une plus grande flexibilité et liberté de mouvement, qui répond ainsi aux besoins des surfeurs et de ceux qui les porteront tous les jours, à la plage ou à la piscine.

Pour cet été, The Original est proposé en 4 coloris – noir, rouge, rose et bleu ciel – et en deux modèles – le modèle « Boardshort » (coupe plus longue) vendu à 65,99€ et le modèle « Volley » (short de bain, coupe courte) vendu à 49,99€. Il est disponible depuis le 14 avril, sur Quiksilver.com et en boutique partout dans le monde – et ne sera jamais en rupture de stock.

Entrer
ArchivesMagazineNews de Mode

CHROME: des sacs pour les baroudeurs urbains

Blakemag_magazine_online_mode_homme_CHROME_cover

Chrome Industries Inc est une marque lifestyle américaine dont les origines sont ancrées dans un univers résolument urbain ainsi que celui du vélo. Leurs créations sont reconnues pour leurs équipements minimalistes, authentiques et fonctionnels qui s’adaptent à l’environnement moderne. Des sacs qui sont devenus un accessoire indispensable de notre vestiaire et de nos déplacements du quotidien. 

Découvrez la nouvelle collection Printemps – Eté 2021. Une collection à l’image de la marque, stylée et débordante de détails pour faciliter vos déplacement en toutes circonstances. Cette année, l’association des couleurs Vert olive, ou Kaki pour les puristes, et Gris, est à l’honneur. Une association de couleurs parfaites au quotidien, avec un costume ou une tenue décontractée. La culture urbaine est devenue le terrain de jeu de Chrome et définit également le caractère de la marque. Imaginé pour des personnes vivant la ville passionnément, qui pensent que la ville nous façonne autant que nous la façonnons.

Tout a commencé en 1995 dans un garage transformé en bureau de style dans le Colorado avec la création de leur premier sac, le sac Messenger, devenu depuis le produit iconique de la marque. À cette époque, pour les créateurs de Chrome, avoir un équipement performant en y intégrant les codes de la rue apporterait une plus-value sur le marché; car selon eux, les produits existants ne correspondaient pas à leurs attentes.

Après avoir listé leurs exigences, leurs recherches les a amenés à développer des sacs simples, fonctionnels et durables aux looks décontractés. Ils se sont procurés les matériaux les plus résistants correspondant à leur cahier des charges dans des casses, notamment des boucles de ceinture de sécurité récupérées dans des voitures ainsi que des bâches provenant de camion militaire. Une collection de sacs unisexe a découvrir d’urgence pour vos déplacements au quotidien, tout une gardant une touche et une attitude mode.

 

Entrer
ArchivesMagazineNews de Mode

Spring Court & agnès b. été 2021

Blakemag_magazine_online_mode_homme_Spring-Court_agnes-b_cover

Spring Court et agnès b. les marques françaises bien connues des amateurs de mode et de sport, poursuivent leur histoire d’amitié, commencée depuis plusieurs années, en collaborant de nouveau, pour la collection été 2021, pour proposer quatre nouveaux modèles de tennis unisexes inédits.

Cette collection capsule estivale dévoile des pièces au design intemporelles agrémentés de détails chics et subtils. En choisissant le lin comme matière principale pour revisiter les tennis emblématiques Spring Court, les deux maisons célèbrent la sobriété et l’élégance totalement en adéquation avec l’air du temps.

Pour cette collection capsule exclusive, les modèles proposés dans leur version basse mais également dans une version montante sont déclinés en deux coloris : noir et sable ou écru et sable. Parfaitement associé au lin, ce jeu de couleurs sur la semelle et les ganses souligne la silhouette élégante de la chaussure.

Ajouté à cela, Agnès et les équipes de Spring Court ont imaginé des œillets en métal plus petits, des lacets ronds cirés et un patch brodé qui confirment l’inspiration rétro de cette nouvelle collection. Un design qui se conjugue donc aussi bien au masculin qu’au féminin qui plaira à tous les amateurs de mode Gender Fluide. Un esprit de liberté défendu par les deux marques.

Disponible depuis le 20 avril 2021, la collaboration est à découvrir en exclusivité en ligne sur www.springcourt.com et www.agnesb.eu et dans les boutiques Spring Court et agnès b.

Prix de vente : 155 € pour la version basse et 165 € pour la version montante.

 

Entrer
ArchivesHorlogerieMagazine

Richard Mille présente sa dernière innovation pour la RM 21-01

blakemag_magazine_online_homme_horlogerie_richard_mille_aerodyne_cover

La qualité d’une montre Richard Mille relève aussi bien de son architecture que des matériaux qui la constituent. Impossible en effet de concevoir des modèles devant résister aux conditions les plus ultimes sans avoir recours à des composants eux aussi créés pour répondre à des sollicitations extrêmes. En exploitant l’ingénierie des matériaux – notamment issus de l’aéronautique ou de la Formule 1 – pour en tester les applications possibles dans un mouvement horloger et son habillage, Richard Mille fait naître des modèles dont la précision, la légèreté, la résistance et la fiabilité sont intrinsèquement liées aux matériaux utilisés. La nouvelle RM 21-01 Tourbillon Aérodyne répond en tous points à cette recherche, puisant son inspiration dans l’univers de l’aéronautique.

Richard Mille présente ici sa dernière version innovation pour l’habillage de la RM 21-01. La structure complexe du boîtier en or rouge 5N est renforcée par une ossature externe en Carbone TPT® pour la lunette et les piliers. Ce matériau composite, à la fois léger et résistant, est obtenu en superposant des centaines de couches de fibres de carbone via un procédé automatisé qui modifie l’orientation de 45° entre chaque couche puis est chauffé à 120 °C dans un autoclave avant d’être usiné au micron près. Telle une armure, ce renfort garantit une protection optimale de la boîte et est fermement maintenu par 20 vis spline. Le rendu saisissant des strates de Carbone TPT® s’harmonise idéalement avec les reflets d’or ainsi qu’avec le motif alvéolé bleu roi de la platine.

On retrouve le Carbone TPT® au coeur de la platine, conjugué cette fois à une structure orthorhombique alvéolée – exprimant les concepts d’air – en HAYNES® 214® traitée PVD bleu, une première pour la marque. Cet alliage nickel-chrome-aluminium-fer est principalement réservé à une utilisation dans des environnements thermiques dépassant les 955°. Sa résistance optimale à l’oxydation haute température permet un moulage et un assemblage classiques, le rendant particulièrement adapté aux chambres de combustion. Cette platine offre ainsi une rigidité incomparable, un coefficient de dilatation thermique extrêmement bas et une résistance exceptionnelle à la torsion. Autant d’attributs indispensables pour une montre Mille.

La qualité d’une montre Richard Mille relève aussi bien de son architecture que des matériaux qui la constituent. Impossible en effet de concevoir des modèles devant résister aux conditions les plus ultimes sans avoir recours à des composants eux aussi créés pour répondre à des sollicitations extrêmes. En exploitant l’ingénierie des matériaux – notamment issus de l’aéronautique ou de la Formule 1 – pour en tester les applications possibles dans un mouvement horloger et son habillage, Richard Mille fait naître des modèles dont la précision, la légèreté, la résistance et la fiabilité sont intrinsèquement liées aux matériaux utilisés.
La nouvelle RM 21-01 Tourbillon Aérodyne répond en tous points à cette recherche, puisant son inspiration dans l’univers de l’aéronautique.

Des finitions main extrêmement soignées du mouvement avec anglage, polissage, brunissage et chanfreinage des composants, à l’utilisation de matériaux techniques et innovants, jusqu’à l’intégration d’un tourbillon pour contrer les effets de la gravité terrestre, cette nouvelle RM 21-01 Tourbillon Aérodyne, limitée à 50 exemplaires, prend son envol pour explorer de nouveaux horizons.

 

Entrer
ArchivesMagazineNews de Mode

Alber Elbaz: “Je veux travailler avec des gens que j’aime et faire des choses que j’adore”

blakemag_magazine_mode_masculin_alber_elbaz_cover

Alber Elbaz (sans « t » : car dans la tradition hébraïque, modifier son nom, c’est vouloir changer son destin) est né au Maroc et a commencé sa carrière en 1985 avec le créateur américain Geoffrey Beene à New York avant d’être engagé par Guy Laroche où il ne restera qu’un an. Remarqué par Pierre Bergé, il avait ensuite pris la difficile succession d’Yves Saint Laurent pour la ligne de prêt-à-porter du couturier français en 1998 avant de la quitter du jour au lendemain en 2000 suite au rachat par Gucci et de rejoindre Lanvin en 2001. Il y sera directeur artistique des collections accessoires et prêt-à-porter femme et y apportera sa touche avant-gardiste tout en respectant les codes d’élégance et de sobriété de la marque. Pendant quatorze ans, il a réussi le tour de force de replacer la plus ancienne maison de couture française, fondée par Jeanne Lanvin en 1889, au firmament de la planète mode, lui redonnant succès et notoriété. Chez Lanvin, il affirme son style et sa vision de la mode pour les femmes. Une mode fonctionnelle qui doit accompagner leurs corps et les mettre en valeur. Il avait également signé une collection capsule “Lanvin” en 2010 pour le géant du prêt-à-porter suédois H&M. En 2015, à la suite de nombreux désaccords avec Shaw-Lan Wang, propriétaire de la marque, il est évincé de la maison Lanvin. Un départ brutal et traumatisant pour le créateur, qui aura du mal à s’en remettre et qui le mènera vers la dépression.

Pendant les quatre années suivantes, il se fera discret, travaillant sur quelques collaborations. Il en a notamment signé une pour Tod’s portant sur des sacs et des chaussures et une autre avec les baskets Converse. Perfectionniste, Alber Elbaz pouvait travailler des journées sur le dessin d’une silhouette ou l’ordre de passage des mannequins pour le prochain show, pour mieux tout chambouler la veille du jour J. Courtisé par les autres maisons, il a toujours refusé toutes les offres, même celles de Dior. 

Fin 2019, il s’associe au suisse Richemont dans le but de créer sa propre griffe « AZ Factory », la première maison de mode de luxe 100 % digitale, uniquement tournée vers le e-commerce pour une mode qu’il veut « fonctionnelle et qui convient à tout le monde ». « C’est un nouveau départ. Une marque de luxe digitale basée sur l’innovation et la technologie, mais avant tout, un lieu où faire des expériences et essayer de nouvelles idées », avait-il déclaré lors du lancement de sa marque. Amusant pour celui qui n’était pas spécialement féru de nouvelles technologies.

Un nouveau départ qui tourne court et qui laisse un monde de la Mode en deuil, quelques mois après le décès de Pierre Cardin, et celui de Kenzo, mort également du Covid-19. « Alber Elbaz le couturier fin, sage et capricieux qui a donné la priorité aux femmes, nous a quittés à 59 ans après trois semaines de lutte contre le Covid », a affirmé sur Instagram, la papesse de la mode, l’Américaine Suzy Menkes.

Entrer
ArchivesHorlogerieMagazine

TAG HEUER PRESENTE LA TAG HEUER MONACO GREEN DIAL

blakemag_magazine_lifestyle_horlogerie_tag_heuer_cover

TAG Heuer ajoute une nouvelle pièce en édition limitée à sa légendaire collection TAG Heuer Monaco, la TAG Heuer Monaco Green Dial. Une nouveauté qui marque l’édition 2021 du Grand Prix de Monaco Historique dont la marque est le sponsor et chronométreur officiel. Cette édition limitée à 500 pièces enchantera les amateurs d’horlogerie avec sa couleur unique : un vert profond et subtil, pour une interprétation moderne et rare d’une icône du design. 

La TAG Heuer Monaco Green Dial est dévoilée juste à temps pour le Grand Prix de Monaco Historique. La marque est également la montre officielle du Grand Prix de Monaco de Formule 1, ainsi que le partenaire Montre Officielle du Musée de l’Automobile de Monaco. Ces partenariats confirment le lien puissant qui existe entre TAG Heuer et les événements de sport automobile qui se déroulent dans la Principauté. 

Le bisannuel Grand Prix de Monaco Historique est l’un des week-ends majeurs du calendrier des courses automobiles classiques, et sa communauté de propriétaires, pilotes et spectateurs passionnés entretient l’esprit chaleureux incomparable ressenti sur ce circuit légendaire. Pour célébrer l’édition 2021 de cette course mythique, son sponsor révèle aujourd’hui une remarquable édition limitée : la TAG Heuer Monaco Green Dial.

L’édition spéciale de la Monaco Green Dial met à l’honneur une couleur contemporaine et très demandée par les collectionneurs et amateurs d’horlogerie : le vert émeraude. Il s’agit d’une nouveauté pour la TAG Heuer Monaco dont le cadran se pare pour la première fois de cette teinte qui met en valeur le design unique de l’iconique chronographe à boîtier carré. Le dégradé du cadran, du vert clair au centre au vert foncé dans les angles, donne une impression de vitesse, et la couleur rappelle également la célèbre portion couverte du circuit du Grand Prix de Monaco, précédant la chicane près du port. 

Les deux compteurs noirs du chronographe et les index et aiguilles rhodiés et revêtus de Super-LumiNova® blanc, offrent un contraste subtil avec l’éclatant cadran effet soleillé. Tout en harmonie, les gravures sur la masse oscillante et la roue à colonne du mouvement manufacture se colorent également de vert et sont visibles à travers la glace saphir transparente protégeant le fond boîtier. Atypique et intemporelle, la pièce est proposée sur un bracelet en alligator noir et est équipée du mouvement de manufacture Calibre Heuer 02, offrant une impressionnante réserve de marche de 80 heures.  

Le chronographe automatique TAG Heuer Monaco Green Dial de 39 mm est produit en édition limitée de 500 pièces. La montre sera également présentée dans un nouvel écrin, créé exclusivement pour la collection TAG Heuer Monaco et qui évoque son riche héritage de course. Elle sera disponible dans une sélection de boutiques dans le monde et sur www.tagheuer.com à partir du 23 avril 2021. La TAG Heuer Monaco Green Dial est une nouvelle interprétation contemporaine et chic d’une montre non-conformiste. Elle salue les liens étroits entre TAG Heuer, ce design disruptif lancé par Jack Heuer en 1969, et les prestigieuses courses automobiles de Monaco. Plus d’un demi-siècle plus tard, l’ADN unique de la TAG Heuer Monaco continue de s’exprimer à travers ces nouvelles interprétations audacieuses et modernes. Avec l’édition limitée Green Dial, la collection TAG Heuer Monaco réaffirme son statut d’une des montres les plus marquantes et pérennes de tous les temps.

Entrer
ArchivesMagazineNews de Mode

ADIDAS ULTRABOOSTS: de nouveaux modèles éco-responsables

blakemag_magazine_onlien_lifestyle_masculin_adidas_ultraboost_cover

Adidas profite de la Semaine de la Terre pour annoncer le lancement d’une nouvelle série de modèles Ultraboost qui s’inscrivent dans le cadre de son engagement à mettre un terme aux déchets plastiques et à lutter contre les effets dévastateurs de la pollution des océans par les plastiques. Les quatre nouveaux modèles Ultraboost sont chacun équipés d’innovations spécifiques et illustrent le concept de produits créés “pour le futur” en mettant la durabilité au premier plan. Adidas lance quatre nouveaux modèles d’Ultraboost et franchit une étape supplémentaire vers l’élimination des déchets plastiques. Le 22 avril, début de la Semaine de la Terre, est marqué par le lancement commercial inédit de l’Ultraboost “Made to be Remade”. L’Ultraboost 21 x Parley et l’Ultraboost 6.0 DNA x Parley sont en partie fabriquées à partir de filets de pêche recyclés dans le cadre de la collaboration entre adidas et Parley for the Oceans.

 

Le premier modèle de la série, qui est proposé en exclusivité au Creators Club à partir du 22 avril, est l’Ultraboost Made to be Remade. Il s’inscrit dans le cadre du cycle circulaire LOOP d’adidas en faisant appel à des matériaux et des technologies qui permettent aux chaussures usagées d’être renvoyées à Adidas, afin qu’elles soient réutilisées dans de nouveaux produits. Ces chaussures ont été conçues pour revenir à adidas en fin de vie. Elles arborent ainsi un code QR bien visible qui peut être scanné avec un smartphone pour accéder à une plateforme numérique permettant de gérer facilement leur retour. Adidas a l’intention de développer d’autres produits Made To Be Remade qui invitent l’utilisateur à adopter un rôle actif dans cette relation circulaire.

Les modèles suivants, conçus en collaboration avec Parley for the Oceans, seront lancés le 24 avril. Il s’agit des modèles Ultraboost 21 x Parley et Ultraboost 6.0 DNA x Parley. L’Ultraboost 21 x Parley est une chaussure de course de performance misant sur la durabilité. Conçue pour insuffler de l’énergie aux coureurs et favoriser le changement et le dépassement de soi, l’Ultraboost 21 x Parley est une chaussure qui promet un grand confort tout en étant respectueuse des océans. Elle bénéficie des principales innovations technologiques de l’Ultraboost 21, comme : un BOOST optimisé qui confère un parfait équilibre entre soutien et confort ; le nouveau système “Linear Energy Push”, qui augmente la rigidité à la flexion de l’avant-pied ; et une tige Forged Primeknit partiellement faite de Primeblue*, un fil recyclé de haute-performance composé de 50 % de plastique Parley Ocean Plastic, qui est lui-même constitué de plastique recyclé à partir de déchets interceptés sur les plages et les communautés littorales afin de les empêcher de polluer les océans.

L’Ultraboost 6.0 DNA x Parley reprend la silhouette emblématique de l’Ultraboost avec une tige en Primeknit partiellement composée de Primeblue*, tandis que la structure et le contrefort du talon sont fabriqués dans un matériau stratifié composé de plastiques recyclés dont 25 % proviennent de filets de pêche usagés. Ces zones dépourvues de coutures et assemblées avec précision allient résistance et performance avec un confort optimal pour garantir des mouvements exempts de distractions. Enfin, la dernière sortie de la Semaine de la Terre sera l’Ultraboost 6.0 DNA, le 27 avril, qui se déclinera en deux modèles classiques, un masculin et l’autre féminin.

Ces nouveaux modèles Ultraboosts illustrent une prise de position audacieuse de la part d’adidas, qui se positionne en première ligne de l’innovation des matériaux, des produits et de leurs utilisations, avec pour finalité de mettre un terme aux déchets plastiques*. Bien sûr, ces Ultraboosts seules ne suffiront pas à sauver nos océans, mais elles nous permettent de nous rapprocher un peu plus de cet objectif.

Ces nouvelles Ultraboost seront disponibles à partir de 160 euros sur l’e-shop adidas. Pour en savoir plus, rendez-vous sur : www.adidas.fr/ultraboost. Rejoignez la conversation sur Instagram, Facebook et Twitter, en utilisant #ULTRABOOST et @adidasrunning.

Entrer
ArchivesLifestyleMagazine

Leica M10-P “Reporter” Edition spéciale

Blakemag_magazine_online_lifestyle_M10-P_Reporter_cover

Un hommage aux grands photographes de reportage de notre temps

 

Leica Camera AG présente une édition spéciale du M10-P  dans le cadre de la célébration du 40ème anniversaire du modèle Oskar Barnack Award: le M10-P “Reporter”. C’est un appareil photo de reportage sans compromis, adapté aux conditions les plus difficiles. La réputation légendaire de la marque est fondée sur une longue tradition d’excellence. De nombreux appareils ont été développés au cours de l’histoire de la marque en tenant compte des besoins des photographes de presse et de reportage. En témoignent des modèles exceptionnels tels que le Leica 250 de 1933, dont la cassette de film permettait 250 poses, ou le Leica MP de 1956 – une version du M3 équipée de l’enrouleur rapide Leicavit, suivant les suggestions des célèbres photographes Alfred Eisenstaedt (1898-1995) et David Douglas Duncan (1916-2018).

 

Doté d’une finition de couleur vert foncé, particulièrement résistante aux rayures, et gainé en Kevlar, le Leica M10-P “Reporter” rappelle les conditions extrêmement difficiles dans lesquelles ont été réalisés nombre de reportages les plus remarquables de notre époque. Le Kevlar est une fibre synthétique fréquemment utilisée dans la production de vêtements de protection balistique. Grâce à l’exposition aux rayons UV naturels, le gainage renforcé de l’appareil photo prend progressivement la même couleur que le capot et la semelle. La texture du gainage en diamant rend le Leica M10-P “Reporter” particulièrement adhérent et confortable en mains.

Toutes les gravures de l’appareil sont incrustées de peinture vert clair, pour une plus grande discrétion, comparées au remplissage blanc habituellement effectué sur les boitiers noirs. En termes de spécifications techniques, le M10-P “Reporter” est identique au Leica M10-P produit en série.  Il s’agit d’un boitier numérique à visée télémétrique, plein format doté d’un capteur de 24 MP. C’est un coup de cœur que nous vous conseillons de tester dès que possible.

Prix Public boitier sans objectif : Leica M10-P “Reporter”               7 980 . TTC

Edition limitée à 450 exemplaires

Entrer
ArchivesLifestyleMagazine

Leclaireur nous présente Leclaireur Archives

blakemag_magazine_lifestyle_online_leclaireur_sevigne_paris_cover

Leclaireur nous présente un nouveau projet Leclaireur Archives mettant en lumière des pièces historiques, collectionnées au fil des années, au sein de la boutique 40 rue de Sévigné.  Cet espace sera accompagné d’un compte instagram spécifique @leclaireur_archives qui présentera cette sélection vintage, soldées jusqu’à -70%. En remettant ces anciennes collections au goût du jour, Leclaireur s’appuie s sur des valeurs de mode responsable que la maison souhaite développer davantage dans les mois à venir en introduisant un système de vestiaire partagé. Crée en 1980 avec la volonté de brouiller les lignes entre mode, design, art classique et contemporain, joaillerie et art de la table, la boutique imagine des espaces expérimentaux à l’attention de sa clientèle exigeante et pointue.

L’espace de la rue de Sévigné, au coeur du marais, est une oeuvre d’art en soi, conjointement créée avec l’artiste belge Arne Quinze. Dissimulées derrière des murs mobiles, brouillant les lignes entre illusion et réalité, les collections homme et femme apparaissent. Spectaculaire et interactif, Leclaireur Sevigné rassemble l’art, la technologie, le design et ce style unique qui définit si bien Leclaireur.


Philosophie du Lieu – En développant son projet d’offre vintage, Leclaireur Archives s’invite dans le vestiaire personnel de ses clients et se rapproche ainsi de leurs attentes. Les pièces sélectionnées par nos experts sont proposées à des prix plus accessibles qui s’adressent à une nouvelle cible et permettent à Leclaireur d’élargir son portefeuille clients. Ce modèle d’économie circulaire valorise d’une part l’éco-responsabilité et d’autre part, il met en avant un réel esprit communautaire mêlant les jeunes consommateurs de mode aux clients les plus expérimentés.

Marques présentes – Sacai, Comme des garçons, Junya Watanabe, Song for the mute, Ann Demeulemeester, Maison Margiela, Thom Browne, Isaac Sellam Experience, Boris Bidjan Saberi, Undercover, Yohji Yamamoto, Litkovskaya, Balenciaga, Ziggy Chen, A Cold Wall, Off White, Quetsche, Maison Rabih Kayrouz, J.M Ribot, Avant-Toi, Marine Serre, Faith Connexion, TooGood

 

Entrer
ArchivesLifestyleMagazine

GLENFIDDICH 12 ANS TRIPLE OAK x JULIEN BOSCUS

GLENFIDDICH 12 ANS TRIPLE OAK banniere

Glenfiddich sort un nouveau 12 ans triple maturation exclusivement  réservé au marché français. Pour le découvrir la marque de whisky écossais propose avec le Chef Julien Boscus, un menu fin et délicat aux accords parfaits de l’amuse bouche jusqu’au dessert avec ce Triple Oak 12ans.

Secrets de confection du Triple Oak 12 ans

Ce Single Malt est issu de l’assemblage de trois types de fûts de chêne : d’anciens fûts de bourbon, de sherry et, pour la première fois, des fûts de chêne français neufs. Dans l’élaboration de ce 12 ans Triple Oak, Brian Kinsman a intégré un vieillissement en fûts de chêne français neufs. Une façon de mettre à l’honneur les consommateurs français. Une approche inhabituelle sur les whiskies qui s’explique par la rareté de ces fûts, habituellement utilisés dans le domaine viticole.

Fûts de bourbon : Des fûts de chêne américain qui révèlent des notes de poire fraîche, de chêne vanillé et une belle douceur fruitée.

Fûts de sherry : Des fûts de chêne européen ayant contenu du Xérès qui ajoutent des saveurs de fruits secs, de gâteau aux fruits riches et d’épices.

Fûts de chêne français neufs : Des fûts de chêne français neufs qui confèrent au whisky de belles notes épicées et vanillées, et des arômes d’amandes grillées, de crème brûlée et d’épices boisées.

L’assemblage de ces trois fûts fait du 12 ans Triple Oak un whisky complexe, doux et fruité, avec de belles notes épicées.

La dégustation du Glenfiddich Triple Oak 12 ans

Sa robe est claire, jaune paille, elle rappelle les nuances d’un miel d’acacia. Le nez est léger, floral, finement acidulé comme une poire verte fraîche et un fond de ziste de citron. En bouche l’attaque est nette est légère, des arômes subtiles de vanille et de poivre Timut, se fondant sur des notes de bois jeunes. Le final en bouche en est long mais aérien.

L’excellent pairing imaginé par Julien Boscus

La Maison Glenfiddich a collaboré avec Julien Boscus, Chef propriétaire du restaurant Origines. Ils ont imaginé un voyage gustatif entre l’Ecosse et laFrance. Le Chef et la distillerie partagent ce même amour du terroir, le menu est donc un hommage à la richesse du patrimoine des deux pays. Pour Julien Boscus, fils et petit-fils de restauratrices, le respect du produit et le bon sens d’une cuisine juste et sincère coulent de source. Après ses expériences auprès de Yannick Alléno, Pierre Gagnaire puis au restaurant parisien Les Climats, il a créé un restaurant à son image. Chez lui, pas de produit hors-saison ou signature: ce sont les arrivages qui dictent sa carte gourmande et pleine de bon sens. La gastronomie responsable de ce cuisinier-né a séduit la distillerie écossaise, qui depuis 1887 œuvre à la préservation de ses terres et sa source d’eau si précieuse, Robbie Dhu. Le chef Julien Boscus, travaillant majoritairement les produits de l’hexagone, a donc cette fois-ci puisé son inspiration en Ecosse, au cœur de la Vallée des Cerfs. La distillerie lui a ainsi confié le soin de sublimer son nouveau 12 ans d’âge, Glenfiddich Triple Oak à travers un menu à déguster à la maison, où sa gastronomie raffinée permet de révéler les différences facettes de ce single malt.

La dégustation du menu de Julien Boscus

En guise d’amuse bouche : un Croc’Haddock, pain de mie Poujauran, fine tranche de haddock de Boulogne Sur Mer, vieille Mimolette et beurre à l’ail des ours. Ces minis crocs monsieur écossais sont gourmands et savoureux. Le haddock est révélé par le whisky, et la vieille mimolette sublime les notes de bois. Un ping pong de saveurs qui donne envie d’alterner une bouchée avec une lampée de Triple Oak. Une ouverture parfaitement réussie .

Pour l’entrée, ce sont des langoustines d’Ecosse saisies à l’huile d’olive, gnocchi à l’encre de seiche, fines tranches de cédrat et bisque d’oursin relevé au 12 ans Triple Oak. Une entrée d’une grande finesse. La cuisson des langoustines est maîtrisée et permet toute l’expression de ce met délicat. La tranche de cédrat rappelle les notes de bois du whisky tout en apportant de la fraîcheur. Les gnocchis de seiche apportent un jeu de texture. Enfin la bisque d’oursin marque élégamment le caractère marin de cette entrée et se marie à merveille avec le Triple Oak 12 ans, un plat que l’on sauce jusqu’à la dernière goutte.

A suivre en plat c’est un Canard de la Maison Burgaud en deux façons Filet rôti, asperges blanches du Val de Loire et sauce salmis relevée au Glenfiddich Triple Oak, Pastilla de cuisse braisée aux épices douces. Le filet rôti de canard est rosé à cœur et déguster le whisky avec en fait ressortir les notes épicés. La pastilla à la fine dentelle est une explosion de saveurs rappelant les épices et les fruits secs d’un marché marocain. Encore une fois l’accord mets / whisky est superbement réussi, toutes les facettes du plat permettant l’expression de la palette aromatique du whisky, ici révélant plus particulièrement le finish en fût de cherry.

Enfin pour le dessert : Pain d’épices & Citron, Biscuit de pain d’épices, imbibé d’un sirop parfumé au whisky, avec un crémeux aux citrons d’Amalfi, tuile aux céréales et une sauce gianduja amandes et whisky. On finit ce repas par une touche de fraîcheur et de légèreté qui se marie parfaitement avec le Triple Oak de chez Glenfiddich, et qui n’est pas sans rappeler le nez fruité où l’on percevait notamment des notes de ziste d’agrumes au moment de la dégustation. Tout dans ce dessert est le pendant de la fraîcheur de ce whisky et des saveurs exprimées par le passage en fût de bourbon, avec les épices, le côté vanillé et fruité.

Julien Boscus réussit de superbes accords tout le long de ce menu avec finesse et élégance, révélant à chaque étape de ce repas des facettes différentes du Glenfiddich Triple Oak 12ans. Superbe maîtrise sans “chichi”. Un grand bravo !

Le menu imaginé par Julien Boscus est disponible en clic&collect au restaurant Origines jusqu’au 23 mai. Tous les jeudis et vendredis soir, sur commande sur le site du restaurant. Le menu pour 2 personnes plus la bouteille de Glenfiddich 12 ans Triple Oak : 120€.

Article écrit par Alexis Dumétier

Entrer
1 2 3 104
Page 1 of 104

La Newsletter BLAKE

Chaque mois recevez des offres exclusives, coups de cœur, spots préférés, ventes très privées, sessions de découvertes culinaires et défilés et événements mode.

Le tout, sélectionné par la rédaction.