Login

Register

Login

Register

close

Magazine

ArchivesMagazineNews de Mode

Corthay et le sac à dos Zermatt

Blakemag_magazine_online_mode_Corthay_ZERMATT_cover

Corthay, c’est avant tout Pierre Corthay, qui s’installe en 1990 au 1, rue Volney. Prenant la suite d’un cordonnier talentueux qui avait démarré son entreprise en 1947 et prenait sa retraite. À 27 ans, Pierre lançe sa propre marque, fabriquant des chaussures sur mesure! Son rêve devient réalité.

Très tôt, ces incroyables créations sont tombées sous l’œil aiguisé de Suzy Menkes – à l’époque responsable des pages mode et luxe du New York Times – qui a consacré un article à l’avenir prometteur de la Maison. Elle a qualifié ses chaussures de «chaussures bijou».

La clientèle de Pierre a commencé à s’épanouir, avec des clients du monde entier défilant rue Volney. 

Dès 2008, son ambition de créer les plus belles chaussures pour hommes est reconnue et dûment récompensée lorsqu’il reçoit la distinction de “Maître d’Art” cordonnier pour homme du ministre français de la Culture, dont il est à ce jour le seul titulaire.

Mais Pierre Corthay ne crée pas que des souliers, et il a également imaginé une très belle ligne de maroquinerie. Point culminant de sa ligne maroquinerie, Maison Corthay hisse le sac à dos Zermatt au rang de nouvel indispensable…


En hommage à ses racines helvétiques, Pierre Corthay célèbre les sommets enneigés des Alpes suisses et plus particulièrement la chicissime station de sports d’hiver : Zermatt.
Collectionneur invétéré de pièces militaires vintage, il emprunte sans détour au vestiaire technique des chasseurs alpins. Comme un clin d’oeil au savoir-faire historique de la maison, la large sangle de fermeture en Vacchetta peut être patinée au desiderata du porteur, quand la signature des coordonnées GPS de l’atelier parisien suggère les prémices de l’histoire Corthay.
Conçu dans un superbe nappa, le Zermatt est un sac à dos de caractère qui a lui seul conjugue raffinement, praticité et adaptabilité.
Sous ses airs définitivement chics, il reste le compagnon de tous les instants et le partenaire des esprits les plus aventureux.

Le sac à dos Zermatt est disponible en nappa noir et Vacchetta.

Entrer
ArchivesHorlogerieMagazine

TUDOR & le nouveau modèle Black Bay Bronze

Tudor_slate_fabric_slate_cover

TUDOR, propose désormais le modèle Black Bay Bronze dans une nouvelle exécution gris ardoise, avec cadran dégradé.

Après l’introduction de son premier modèle en bronze, une Black Bay au visage marron chocolat, TUDOR poursuit son exploration de ce matériau rare, au vieillissement caractéristique. Un nouveau jeu de couleur, travaillé autour du gris ardoise, habille désormais cadran et lunette d’une montre de plongée imposante, qui évolue esthétiquement et dont l’inspiration navale se retrouve dans chaque détail. Pièce au design fort, la Black Bay Bronze propose en outre de hautes performances
techniques grâce à son calibre Manufacture MT5601.

Les éléments caractéristiques du modèle Black Bay Bronze s’articulent autour d’une boîte de 43 millimètres de diamètre en bronze, clin d’oeil esthétique aux cuivres des navires anciens et autres équipements de scaphandrier. Le choix de ce métal « vivant », en l’occurrence un alliage cupro-aluminium de haute performance utilisé notamment en ingénierie navale pour des pièces submergées devant faire preuve d’une très haute résistance à la corrosion, promet l’apparition sur la boîte de chaque montre d’une patine subtile et unique, liée aux habitudes de son porteur.
Outre un aspect très fonctionnel, en ligne avec l’univers auquel elle rend hommage, la Black Bay Bronze présente des finitions entièrement satinées, qui garantissent une évolution homogène de cette patine.
La combinaison d’un cadran gris ardoise, dégradé de l’extérieur au centre, d’une lunette appairée avec des accents dorés qui se retrouvent sur les aiguilles et les index complètent l’apparence du modèle.
L’effet visuel de l’ensemble est celui d’un objet riche, patiné, qui aurait bourlingué sur les mers du globe au poignet de son propriétaire de longues années durant, et qui se serait « fait » à lui et à son mode de vie.

 

Dans l’esprit de l’hommage esthétique à l’héritage navale de la marque, TUDOR a identifié et réinterprété des pratiques propres aux utilisateurs historiques de ses montres. Par exemple la Marine nationale française, qui se faisait livrer des montres TUDOR sans bracelets et les équipait ensuite de ses propres attaches, plus ou moins artisanales. L’une d’elles, retrouvée sur une montre de plongée d’époque
conservée dans les archives de la marque, est constituée d’élastiques récupérés sur des parachutes ventraux français.
C’est à cette relique ultra-fonctionnelle et reconnaissable à son filet couleur or, que le bracelet tissé Jacquard gris ardoise proposé avec le modèle Black Bay Bronze fait référence. Une seconde option propose un bracelet en cuir noir vieilli dont la découpe droite accentue l’effet rustique.

La ligne Black Bay est le résultat de subtiles combinaisons de codes esthétiques historiques et d’horlogerie contemporaine. À l’opposé d’un travail de réédition à l’identique d’un classique, elle propose un condensé de plus de 60 années de montres de plongée TUDOR, résolument ancré dans le présent. Si le ressenti est néo-vintage, les techniques de fabrication, le niveau de fiabilité, de robustesse, la qualité des finitions sont conformes aux exigences les plus élevées d’aujourd’hui.

 

Entrer
ArchivesLifestyleMagazine

BABYLISS MEN – collection capsule Steel Edition

blakemag_magazine_online_homme_babyliss_men_Steel_Edition_cover

COLLECTION CAPSULE STEEL EDITION LA NOUVEAUTÉ SIGNÉE BABYLISS MEN

Précision et confort d’utilisation sont les maîtres mots des tondeuses cheveux, visage et corps de la nouvelle collection capsule Steel Edition. Dotées de nombreux accessoires, elles proposent tout le nécessaire pour entretenir son look à la maison sans effort, comme un pro !

LA TONDEUSE CHEVEUX STEEL EDITION – LA PRÉCISION POUR TOUS LES STYLES

La tondeuse cheveux Silver Edition permet de créer de nombreux styles grâce aux 6 guides de coupe. Elle offre une tonte nette et rapide avec ses lames XL en acier inoxydable et des finitions dans les moindres détails grâce à la mini tondeuse incluse dans le kit. L’utilisation sur secteur assure également une puissance et une efficacité constantes.

• Tondeuse filaire
• Mini tondeuse de précision à pile
• 7 hauteurs de coupe de 0,5 à 25 mm
• Lames amovibles et lavables
• Trousse de rangement
• Brosse de nettoyage
• Huile lubrifiante
• Peigne de coiffeur

TONDEUSE 11 EN 1 STEEL EDITION – LE KIT PRÉCISION VISAGE ET CORPS

Le kit visage et corps Silver Edition comprend une tondeuse de 34 mm en acier inoxydable avec un
guide de coupe pour barbe de 3 jours, 5 guides de coupe barbe et 2 guides de coupe corps, mais aussi
une tondeuse nez-oreilles rotative et un rasoir de finitions.

• Sans fil
• Lames amovibles et lavables
• Autonomie : 60 min
• 8 h de charge
• Guide de coupe ajustable (1-3.5 mm)
• 5 guides de coupe barbe (5-9 mm)
• 2 guides de coupe corps (3-4 mm)
• Pas de 0,4 mm
• Trousse de rangement

Avec cette collection capsule, vous n’aurez plus aucune excuse pour ne pas avoir un look irréprochable. Babyliss Men vous offre le kit indispensable pour discipliner votre système pileux, qu’il soit plus ou moins développé.

 

Entrer
ArchivesLifestyleMagazine

BDK – La Nouvelle Collection AZUR

Capture d’écran 2020-07-16 à 22.37.47

Troisième et nouvelle collection de la Maison BDK Parfums, “Azur” est pour David Benedek (créateur de la maison BDK) un recueil de souvenirs olfactifs autour de la Méditerranée. Cette région, qui a marqué son enfance, continue aujourd’hui encore d’avoir une certaine influence sur ce jeune passionné de parfum. Premières créations de cette nouvelle collection, Citrus Riviera et Sel d’Argent invitent à un premier voyage entre la Corse et la Côte d’Azur.

« La Méditerranée a marqué mon enfance et continue d’avoir une certaine influence sur moi au point d’aimer m’y ressourcer régulièrement. Peut-être parce qu’elle côtoie à elle seule trois continents, l’Europe et notamment la France où je vis, l’Asie où je suis parti étudier, et l’Afrique d’où je tire une partie de mes origines. Pour la nouvelle collection de la Maison BDK Parfums, j’ai voulu partager quelques-uns de mes plus beaux souvenirs autour de la Méditerranée si chère à mon cœur. Des moments magiques emprunts de paysages olfactifs si particuliers. Avec les deux premières créations, Citrus Riviera et Sel d’Argent, je vous invite à un premier voyage entre la Corse et la Côte d’Azur. » David Benedek

Citrus Riviera

Cap d’Antibes. C’est sur cette presqu’île de la Côte d’Azur que David Benedek aime retrouver ses amis et sa famille. Une maison blanche cachée au milieu d’une flore sauvage, presque invisible aux yeux des tout-venant, dont on décèle la présence grâce à des éclats de rire. Entre balades parmi les arbres fruitiers du jardin, déjeuners qui s’éternisent au bord de la piscine et confessions à l’heure de la sieste, cet endroit reste le symbole d’une joie estivale partagée qui, chaque année, rend la vie plus belle.

 

 

Voici le détails olfactif de ce parfum :

-TÊTE : Essence de Néroli du Maroc, Essence de Mandarine d’Italie,

Essence de Citron d’Italie, Accord Figue.

-COEUR : Absolu de Fleur d’Oranger du Maroc, Jasmin, Fraise, Essence

d’Eucalyptus, Absolu d’Immortelle.

-FOND : Muscs blancs, Patchouli d’Indonésie, Vétiver d’Haïti, Absolu de

Fève Tonka.

-Famille : hespéridé boisé

Parfumeur : Ralf Schwieger (Mane)

Prix :150 € les 100 ml

 

 

Sel d’Argent

Porticcio. Enfant, David Benedek avait l’habitude de passer quinze jours dans un hôtel de ce village corse avec sa sœur et sa grand-mère. Un lieu dans lequel il revient régulièrement, sur ces hauteurs qui dominent le golfe d’Ajaccio, et où les souvenirs d’enfance ont laissé place à des moments intimes partagés dans la sensualité de l’été. Quand sonne la fin des vacances, reste alors en mémoire les balades dans le maquis et, surtout, les après-midis en bord de mer. Allongés sur le sable fin, les corps mouillés, l’un contre l’autre, qui exhalent un léger goût de sel à mesure que la peau se réchauffe sous les rayons du soleil laissent un brin de nostalgie…jusqu’à l’été prochain.

 

 

 

 

Voici le détails olfactif de ce parfum :

-TÊTE : Essence de Bergamote d’Italie, Pamplemousse, Accord salé.

-CŒUR : Absolu de Fleur d’Oranger de Tunisie, Essence d’Ylang

Ylang de Madagascar, Essence de Galbanum d’Iran.

-FOND : Ambroxan, Cashmeran, Timbersilk*, Muscs Blancs.

Famille : salé musqué

Parfumeur : Anne-Sophie Behaghel (Flair)

Prix :150 € les 100 ml

 

 

 

Disponible dans les boutiques françaises de référence en matière de parfumerie indépendante, ainsi que dans une sélection de plus de 200 points de vente à l’international et sur www.bdkparfums.com

Instagram : @bdkparfumsparis – #collectionazur

Nous avons rencontré le créateur de la maison BDK, David Benedek :

La maison de Parfum BDK a été crée par David Benedek le 23 juin 2016. Il est d’origine roumaine. Quand son père, avocat, vient vivre en France il ne peut exercer son métier et décide alors d’ouvrir une parfumerie avec la grand-mère de David. C’est ainsi que David grandira dans les senteurs enivrantes de la boutique de sa famille. Interview :

-Quel est votre parcours ?

Après une base d’études scientifiques, j’ai poursuivi dans une voie économique et gestion puis j’ai fait l’Institut Français de la Mode, en suivant le parcours parfums et cosmétiques. C’est là que j’ai été éduqué aux matières premières de la parfumerie et à écrire les formules. Je ne suis pas un “nez” mais je suis capable de reconnaître plus de 300 matières premières de base. Un “nez” en parfumerie c’est quelqu’un qui sait analyser la fragrance d’un produit (ce qu’il sent) et en attester la qualité, et qui mélange les senteurs pour créer des parfums. Pour créer mes parfums je m’entoure donc de “nez” avec lesquels je développe mes idées et crée les formules de mes parfums.

-Quel est l’ADN de BDK ?

J’ai voulu créer une Maison de parfum contemporaine et indépendante. Notre histoire est authentique par notre histoire familiale. Je n’ai pas voulu créer une marque conceptuelle. Je veux l’inscrire dans le temps. Je veux remettre au goût du jour la belle parfumerie, en m’inspirant de la tradition mais de manière très contemporaine.

-Quand vous créez une fragrance comment cela se passe ?

Quand je lance une fragrance c’est une idée qui va être très développée et aboutie, parfois cela me prend un an, voir trois, pour élaborer un parfum. Je veux que mes fragrances s’inscrivent dans la durée et dans le temps. Mes parfums racontent des histoires, des instants vécus.

-Comment avez-vous créé la forme de la bouteille ?

Le flacon en verre est fabriqué en Normandie. J’ai dessiné le capot avec une amie de l’institut français de la mode et on a repris le dôme du Grand Palais. On avait envie d’une inspiration “art déco” et de quelque chose de parisien. Toute la bouteille est fabriquée en France, j’ai envie de travailler avec des fabricants français, c’est important pour nous.

-D’où viennent les produits de bases pour la création des jus ?

Mon premier parfumeur avec qui j’ai travaillé est chez le parfumeur Mane. C’est un laboratoire situé à Grasse. On a commencé à travailler ensemble et à créer les premières fragrance. Les parfums sont donc créés à Gasse et mis en alcool à Chartres. Les matières premières viennent du monde entier.

-Vous travailler avec des nez, c’est eux qui font vos parfums ?

Les nez sont salariés pour des parfumeurs comme Mane et moi je travaille avec des maisons de parfumeurs.

-Comment ce passe le processus de création de vos parfums ?

J’écris des briefs olfactifs, je travaille beaucoup sous forme d’images, je travaille beaucoup avec les mots et des matières premières. J’envoie ce brief au parfumeur qui le donne à son nez. Aujourd’hui avec le temps, 4 ans maintenant, j’ai créé des relations plus étroites avec les parfumeurs. Maintenant je travaille avec les même parfumeurs qui connaissent bien la marque et son empreinte olfactive.

 

-Quelle est-elle cette empreinte olfactive ?

Grande question (rire), chez BDK on est dans la nuance et le raffinement. Je veux une écriture ni trop courte, ni trop longue. J’aime que ce soit linéaire sur la peau, que ca tienne et que cela ne retombe pas, mais qu’il y ait des nuances qui vont et qui viennent autour de l’axe central.

-On retrouve BDK en France et dans le monde ?

On reçoit beaucoup de messages sur instagram. On parle de nous dans la presse. C’est très agréable. Les français commencent à connaître de plus en plus la marque, c’est une grande satisfaction d’être reconnu par ses paires. En ce moment c’est assez fou, il y a beaucoup de demande au Japon. On est dans 24 pays dans le monde, on nous trouve dans environ 230 points de ventes dans le monde. On vient d’arriver aux Etats-unis avec deux magasins à Los Angeles et à New York et un à Miami.

-Avez-vous des envies de collaborations ?

Oui, j’aimerais beaucoup travailler sur des installations olfactive, par exemple avec la RATP pour ré-enchanter le parcours d’un voyageur dans la rame de métro.

-Si vous deviez créer là tout de suite un parfum tout seul ?

Ce serait un musc blanc, assez sensuel, pas du tout aldéïdé, c’est-à-dire pas métallique, dans la transparence, de l’evernil (c’est de la mousse de chêne boisée), fougère, bois de sental crémeux, bois muscé mais transparent. Et des notes montante de bois. Pas trop dans les fleurs, pas en ce moment.

-Quel parfum portez-vous ?

En ce moment ? Ce matin j’ai mis Sel d’argent, mais je change tout le temps, et je ne porte pas que mes parfums. J’aime voir ce qui se fait ailleurs. Ce sont les autres maisons de parfums qui m’ont donné envie de créer ma propre maison. J’ai été très inspiré par les maisons Frederique Malle et Francis Kurkdjian. Je devrais pas dire ça mais je ne suis pas fidèle en parfumerie. Pour moi un parfum a un message particulier et je ne veux pas porter tous les jours le même message. Un parfum que vous n’avez pas porté depuis longtemps, quand vous le remettez c’est une vague de souvenirs qui revient. Mais aujourd’hui j’ai un rapport plus technique avec les parfums, c’est le défaut professionnel.

 

 

-Quel est votre parfum préféré dans votre gamme ?

C’est comme de demander à un parent qui a trois enfants, qui est son préféré…difficile cette question. Je les aime tous ! Hmmmmm…Ce serait bouquet de Hongrie que j’avais fait en pensant à ma grand mère. C’est le seul qu’elle ait senti avant de partir et même si ce n’était pas le style de parfum qu’elle portait, elle l’aimait bien. C’est un bouquet floral vert, très aquatique. J’avais été inspiré par les jardins en Roumanie. Ce sont des jardins peu fleuri, très champêtres mais avec beaucoup de tiges vertes, un peu désuet, très charmant. Ce parfum c’est un hommage à ma grand-mère et en plus c’est un de nos best-seller. C’est un parfum de coeur en fait. J’adore porter Crème de Cuire par exemple…très dure de choisir (rire).

 

-Avez-vous d’autres envies d’entreprendre :

Ah oui, oui, travailler autour des glaces. Je trouve qu’il y a un vrai lien entre l’olfactif et les glaces. Je souhaite travailler sur des parfums de glace. D’abord parce que j’adore les desserts et la glace, ensuite je crois qu’il y a beaucoup de chose à faire dans le monde des glaces.

 

Article écrit par Alexis Dumétier

Photos : BDK parfums et Alexis Dumetier

 

Entrer
ArchivesMagazineNews de Mode

MSGM présente FANTASTIC GREEN

blakemag_magazine_online_lifestyle_montre_homme_msgn_cover

MSGN présente une nouvelle collection capsule qui s’adresse «À tous ceux qui ont le courage de changer. D’aller au-delà des circonstances, au-delà du présent. » C’est le mantra qui régie la nouvelle capsule éco-responsable de MSGM, FANTASTIC GREEN.

La marque a toujours regardé vers l’avenir. Mais jamais auparavant cette vision n’a coïncidé aussi étroitement avec un objectif simple et clair: protéger l’environnement, la planète, la nature – notre avenir, tout simplement. Pour MSGM, cela signifie avant tout repenser sa chaîne de production, tester de nouvelles solutions, rechercher un impact environnemental moindre.

Les sweatshirts, t-shirts, pantalons et shorts, en vert, rose, bleu clair et blanc, sont entièrement fabriqués à partir de coton certifié bio (GOTS et BCI). Les articles sont teints à l’aide d’agents spéciaux qui réduisent le niveau des émissions polluantes à près de zéro. Les impressions sont produites avec des encres textiles biodégradables à base d’eau, fabriquées avec des ingrédients d’origine naturelle et sans utilisation de produits chimiques.

Mais pour MSGM, FANTASTIC GREEN est plus qu’une simple collection. C’est l’expression d’une vision à 360 degrés. Pour la marque, cela signifie des créations durables, telles que les nouveaux composants utilisés dans la production et la distribution de nos vêtements: cintres et sacs en plastique 100% recyclés et recyclables, étiquettes intérieures en polyester recyclé.

«Il est difficile d’imaginer l’avenir sans que la mode soit verte. Nous devons tous travailler à faire en sorte que la chaîne de production évolue, se transforme pour protéger l’environnement. Avec la collection FANTASTIC GREEN, MSGM se lance dans un processus d’expérimentation et d’innovation qui l’amènera à repenser, étape par étape, toutes ses activités dans une perspective respectueuse de l’environnement. Il s’agit de prendre un engagement ferme et pratique et de signer une déclaration d’amour pour la nature, “je sentais le besoin de prendre cette position, surtout en ces temps», explique Massimo Giorgetti, fondateur et directeur créatif de MSGM.

La capsule MSGM FANTASTIC GREEN sera disponible dans le monde entier en ligne, dans tous les magasins multimarques et les magasins MSGM à partir de janvier 2021.

Entrer
ArchivesLifestyleMagazine

Ghost of Tsushima, le dernier grand jeu de la PS4

PHOTO GHOST OF TSUSHIMA

Ghost of Tsushima est le dernier grand jeu (un triple A) de la PS4. Cela en fait un jeu historique avant même d’allumer la console. Mais bien au delà de l’attente que Ghost of Tsushima a généré, il est une expérience à part dans le monde vidéo-ludique de part son univers et sa réalisation graphique et sonore. J’ai joué durant plus de 15 heures à ce jeu avant de vous livrer ce test et ces images exclusives pour Blake mag, qui seront sans aucun Spoiler.

Ghost of Tsushima nous plonge dans un Japon médiéval, réaliste. Nous sommes durant l’invasion mongole de l’île de Tsushima, au 13ème siècle. Le héros Jin Sakaï, est un samouraï qui fera tout pour défendre son île face à l’invasion mongole.  On peut qualifier ce jeu de “Assassin creed like”. On joue avec son personnage en vue à la 3ème personne et on évolue dans un monde ouvert avec une histoire principale et une grande flopée de quêtes annexes.

La première chose qui m’a marqué en jouant au jeu, ce sont les décors magnifiques de cette île japonaise, la féerie qui se dégage des chevauchés de Jin dans les pleines et les montagnes de Tsushima, la délicatesse de la nature, le soin apporté à retranscrire l’univers du Japon médiéval. Le tout soutenu par une bande sonore magistrale, qui à elle seule nous fait voyager et donne à Ghost of Tsushima une dimension cinématographique.

Cette volonté de se rapprocher d’une expérience filmique, digne des grands réalisateurs japonais, est marquée. Le studio Sucker Punch, qui est à l’origine du jeu, ne s’en cache pas : il est possible d’activiter un mode Kurosawa.

Akira Kurosawa est grand réalisateur classique japonais de films de samouraïs à l’esthétique « noir et blanc » légendaire.

Une fois le mode Kurosawa enclenché le jeu se met alors en noir et blanc avec des effets de vieille pellicule, même le son est légèrement distordu. Le rendu est bluffant.

De plus, un mode photo permet de faire des saisies d’écran de phase du jeu en pouvant modifier quasiment tous les paramètres à l’image : point de vue, vent, particules, focale de l’objectif, conditions climatiques, filtres colorimétriques,…

Ce mode montre à quel point les équipes de Ghost of Tsushima ont mis l’accent sur l’esthétique de ce jeu, et à quel point il leur tenait à cœur de retranscrire l’ambiance des films de samouraïs. Et cela est particulièrement réussi. Cette vidéo vous montre justement quelques extraits du mode Kurosawa :

Pour ne pas gâcher le rendu graphique du jeu à l’écran, pas de marqueur grossier, mais pour vous guider sur vos différents objectifs, un vent stylisé avec élégance et qui permet de rester immerger dans l’ambiance de Ghost of Tsushima.

La B.O de Ghost of Tsushima est l’oeuvre de deux compositeurs : Ilan Eshkeri et de Shigeru « Ume » Umebayashi. La bande-son est tantôt puissante, mélodique, intense et parfois même onirique dans les moments contemplatifs. Les compositeurs ont puisé dans les gammes musicales et les instruments traditionnels japonais, pour un rendu envoutant et très réussi. L’un des points forts de ce jeu. En voici un extrait : https://soundcloud.com/playstation/ghost-of-tsushima-ost-preview-bushido

On peut choisir de mettre le jeu en japonais sous-titré pour garder une touche d’authenticité supplémentaire.

Vous l’aurez compris ce jeu à une direction artistique réussi et vous emmènera dans une aventure à part.

Mais qu’en est-il du game play de Ghost of Tsushima?

Pour ce qui est de la jouabilité : elle est bonne, car rapidement on prend le personnage en main. Au fur et à mesure de l’avancé du jeu, on acquiert diverses compétences qui permettent de pratiquer diverses techniques de sabres (qui est l’arme principale). Il faudra rivaliser d’adresse pour passer de l’une à l’autre de ces techniques pour venir à bout de nos ennemies. Aucune possibilité de locker les ennemies et cela est aussi déroutant que plaisant car c’est vous qui décidez de l’axe d’assaut de votre personnage. Jin, le héros de Ghost of Tsushima peu attaquer de front ou choisir une approche plus “Infiltration” et presque tout le temps vous aurez assez de l’attitude pour faire votre choix,  ce qui est un bon point. Des batailles plus épiques ont lieu : on se retrouve à attaquer à plusieurs des places fortes mongoles, toujours soutenu par la bande son qui se fait alors héroïque.

Ghost of Tsushima_20200627143906

L’arsenal de Jin se complète petit à petit et permet ainsi de passer d’une attitude furtive à une attitude conquérante : sabre, arc, fléchettes empoisonnées, utilisation de la poudre noire de diverses façons,…

Le seul bémol est la dynamique de la caméra durant les combats. Cette dernière est libre, c’est vous qui la commandez, et vous vous retrouvez souvent avec la caméra qui voit la scène cachée par des textures de décors. Un coup de main à prendre.

Pour ce qui est des tenues et autres customisations du personnage elles sont nombreuses et de toutes beautés : des tenues traditionnelles, des armures de samouraïs, des masques, des bandeaux, des chapeaux,…qui vous plongent encore un peu plus dans un univers japonisant.

Le monde ouvert de Ghost of Tsushima est riche d’aventures variées qui confèrent à ce jeu une très belle durée de vie en plus de l’histoire principale, même après le générique de fin. L’étendue de l’île et la beauté de ses paysages poussent à l’exploration (sur la carte embrumée, on découvre les détails qui la composent quand on traverse les étendues de la carte) et on se prend vite à vouloir tout faire. Cependant, quand vous êtes engagés dans l’histoire principale vous ne pourrez vous en écarter que très très peu sous peine de vous voir rappeler à l’ordre par un compte à rebours stricte … vous obligeant à revenir dans le chemin de la quête en cours. Un manque de souplesse parfois frustrant.

Le vrai point faible du jeu, il en faut bien un : c’est l’intelligence artificielle de vos ennemies. Cette dernière passe de très vigilante à peu notable. Mais la beauté du jeu, son histoire, ainsi que le rendu de l’ambiance de ce Japon féodal vient effacer ce petit désagrement très vite tant on se laisse entrainer dans l’histoire riche et l’évolution de Jin, notre héros.

Une autre facette de Ghost of Tsushima qui le rend unique et beau, ce sont ces moments de contemplations où le jeu vous invite à vous poser : méditations, baignade dans des onsens, compositions de HaikuS (petits poèmes japonais). Des instants très rares dans les jeux vidéos et qui font de Ghost of Tsushima un jeu à part.

Vous l’aurez compris, j’ai été envoûté par ce jeu, je suis certes un amoureux de la culture nippone et de cette période du Japon moyen âgeux, mais il est indéniable que Sucker Punch à réussi un très beau travail sur Ghost of Tsushima et que ce jeu vous emmènera dans une aventure unique, riche et inoubliable pour de longues heures de jeu.

Article écrit par Alexis Dumétier

Entrer
ArchivesHorlogerieMagazine

TAG Heuer Carrera, 160 ans de montres intemporelles

blakemag_magazine_masculin_online_horlogerie_Tag_Heuer_CARRERA_CHRONO_SPORT_COLLECTION_COVER

TAG Heuer, pour fêter ses 160 ans, revisite l’emblématique modèle Carrera, montre de pilote de course par excellence, et propose une nouvelle collection de chronographe sportif, reflétant ses racines.

L’horloger suisse lancera toute l’année des modèles revisités TAG Heuer Carrera animés par le Calibre Heuer 02, un mouvement sophistiqué fabriqué dans ses ateliers. Après deux modèles anniversaire en édition limitée, à savoir la TAG Heuer Carrera Heuer 02 Édition Spéciale 160 ans et la TAG Heuer Carrera Montréal Édition Spéciale 160 ans, quatre nouveaux modèles phares viennent rejoindre cette collection intemporelle. Ils seront suivis en septembre par quatre grandes nouveautés et par deux éditions spéciales d’ici la fin de l’année.

Réinterprétée à merveille pendant des décennies jusqu’à devenir une véritable icône, la TAG Heuer Carrera, chronographe de course de référence depuis 1963, a été revisité une fois de plus dans une série de modèles alliant modernité et intemporalité. Caractérisés par leurs fonctions chronométriques d’exception et par un look dégageant élégance et vitesse, les nouveaux modèles marquent le début d’une nouvelle ère pour la TAG Heuer Carrera.

La collection a joué et joue toujours un rôle important chez TAG Heuer. Son histoire unique et ses liens avec l’univers des sports automobiles s’expriment subtilement dans le splendide design des modèles d’aujourd’hui.

Jack Heuer, alors PDG de Heuer, entendit parler en 1962 de la légendaire course automobile Carrera Panamericana. Le mot carrera, qui désigne aussi bien la route, la course que la carrière ou le parcours en espagnol, retint son attention : le nom idéal pour un nouveau garde-temps. L’année suivante, les premiers chronographes TAG Heuer Carrera sortaient de la manufacture. La collection signe l’un des plus beaux succès de Jack Heuer. Son design audacieux et sportif reflète la passion de ce grand homme pour l’action et la course automobile. Grâce à son extrême fiabilité, sa lisibilité accrue et son élégance, La TAG Heuer Carrera devient rapidement la montre de prédilection de pilotes et d’écuries de légende tels que Jo Siffert ou la Scuderia Ferrari.

Adepte des lignes pures et modernes, Jack Heuer tenait à créer un chronographe TAG Heuer Carrera sobre, aux proportions parfaites ; des caractéristiques optimales pour les pilotes, qui doivent pouvoir lire l’heure rapidement, d’un simple coup d’œil, en pleine course. Des décennies plus tard, cette nouvelle déclinaison de la Carrera ramène la collection aux racines de son histoire unique. Un design intemporel et des performances hors du commun pour cette nouvelle ligne comptant deux styles de chronographes phares, d’aspect différent mais à la griffe incomparable. Le second chronographe sera lancé en septembre.

Les quatre nouveaux chronographes que présente TAG Heuer sont élégants et intemporels, tout en étant audacieux et moderne. Ils incarnent de fait l’esprit d’endurance. Les cornes ont été raccourcies pour un meilleur confort, le boîtier en acier inoxydable de 44 mm alterne finitions polies et brossées qui rendent la montre plus fine et plus racée. L’intégration de la glace et le discret biseautage apportent une touche d’élégance supplémentaire.

Le cadran de la nouvelle TAG Heuer Carrera est agrémenté d’une finition circulaire brossée. Il est disponible en bleu profond avec une lunette en céramique assortie, en verre kaki avec une lunette en acier inoxydable ou en deux versions noires, chacune dotée d’une discrète lunette en céramique noire. Le rehaut biseauté et les index inclinés vers le centre du cadran incitent le regard à se porter sur l’heure et à la lire d’un seul coup d’œil. Les trois compteurs sont parfaitement lisibles tout comme le guichet de date à 6 heures. Le compteur des heures à 9 heures affiche désormais les nombres 12, 4 et 8 et forme un bel équilibre avec le compteur des minutes à 3 heures. Le nouveau bracelet, aux maillons en forme de H, est plus fin, donc plus léger et ergonomique.

La TAG Heuer Carrera noire et or rose est la pièce maîtresse de ce lancement. La lunette mêle céramique noire et laque couleur or rose, une première pour l’horloger suisse. La couronne et les boutons-poussoirs sont en or rose massif 18 carats. La masse oscillante du mouvement, visible à travers le fond en glace saphir, est en laiton revêtu de PVD noir avec une impression en or rose. Ce garde-temps est présenté sur un bracelet en alligator noir.

La collection TAG Heuer Carrera a toujours renfermé la technologie la plus avancée de la maison. Les modèles revisités sont animés par le Calibre Heuer 02, visible à travers le fond de boîtier transparent. Cette remarquable innovation horlogère est entièrement fabriquée en Suisse dans la manufacture TAG Heuer de Chevenez. Ce mouvement est composé de 168 pièces, dont une roue à colonnes et un embrayage vertical – caractéristiques des mouvements de haute horlogerie et gages de performances chronométriques d’exception – et assure une réserve de marche considérable de 80 heures.

Pilier des collections de la marque depuis sa création en 1963, la TAG Heuer Carrera originale était considérée comme un « tableau de bord de voiture de course pour poignet », conçu pour répondre aux exigences techniques uniques des meilleurs pilotes du monde, et pour refléter l’élégance de leur style. Aujourd’hui, la nouvelle collection TAG Heuer Carrera est un hommage authentique et moderne à cette icône intemporelle. Ses finitions offrent un niveau de luxe sans précédent et son mouvement un niveau d’innovation proche de l’excellence. Sobriété, élégance, lisibilité résument à eux seul les nouveaux chronographes TAG Heuer Carrera. Rarement esthétique et fonctionnalité ont été si parfaitement liées.

Entrer
ArchivesMagazineNews de Mode

OMEGA solaires pour un été chic

blakemag_magazine_online_lifestyle_montre_homme_omega_ete_2020_cover

OMEGA dévoile une collection de lunettes unique, dont les designs font écho à l’univers emblématique de la Maison tout en affichant un look tendance et contemporain. Les beaux jours sont de retour, et après les péripéties de ce début d’année, il n’a jamais été aussi agréable de sortir au soleil. Pour profiter de ces journées tant attendues en plein air, n’hésitez pas à chausser ces lunettes au look chic et décontracté. 


Une collection née de l’idée audacieuse de fusionner un look rétro avec des éléments signature de l’héritage horloger d’OMEGA, à l’image de la monture carrée. Tel l’adieu chaleureux d’un soleil couchant, les montures métalliques en or rose scintillant se parent d’un cerclage cannelé classique, rehaussé de l’emblématique motif vagues de la Seamaster sur l’extrémité des branches. Un design à la fois rétro et très actuel grâce à des détails au fini luxueux moderne.
Toujours en quête de sophistication intemporelle, OMEGA a également révolutionné le célèbre modèle aviateur pour homme. Au volant d’un cabriolet ou sur une chaise longue au bord de la piscine, ce design couleur or pâle vous offre une allure jet-set. Doté d’une structure résolument italienne, ce modèle présente des inserts motif écailles foncées, et, la touche suisse traditionnelle, le logo rappelant la couronne de remontoir OMEGA sur l’extrémité des branches.

Enfin, l’inspiration vintage transparaît dans un modèle rond unisexe doté de verres fumés et d’une monture innovante en acétate et métal couleur Palladium brillant et noir. Bien qu’un brin futuriste, le design rétro avec pare-soleil et double pont ne fait pas l’ombre d’un doute. Des lunettes à porter lors de chaudes journées d’été, quand le soleil tant espéré vous enveloppe de tous les côtés. Définitivement indispensables pour passer un été en toute élégance.
Découvrez tous les modèles issus des collections de lunettes de soleil OMEGA désormais disponibles sur omegawatches.com

Entrer
ArchivesHorlogerieMagazine

Augarde, la nouvelle montre unisexe

blakemag_magazine_online_lifestyle_montre_homme_augarde

Augarde, nouvelle marque d’horlogerie française, lance une montre unisexe, identifiable dès le premier regard. Reprenant les codes de l’histoire horlogère par son boîtier de forme coussin, elle s’impose par son élégance intemporelle. Personnalisable grâce à son bracelet interchangeable, elle ne cesse de surprendre par son allure changeante. Cerise sur le gâteau ? Son prix tout doux pour se faire plaisir sans réfléchir.

Apparue dès le début du 20ème siècle avec l’arrivée des montres bracelet, la forme coussin du boîtier signe le design de la montre Augarde. Juste compromis entre le rond classique et le carré segmentant, elle attire l’attention par son style chic.
Disponible en acier inoxydable ou en acier inoxydable PVD or rose aux finitions polies et brossées, le boîtier plat arbore un diamètre de 38 mm, s’adaptant aussi bien à un poignet féminin que masculin. Léger et prolongé par des cornes courbées, il offre un réel confort au porter.


Protégé par un verre minéral bombé, le cadran séduit, quant à lui, par sa sobriété. Paré d’un fond blanc mat, noir mat, vert mat – kaki) ou de couleur finition soleillée (bleu, marron, orange, rose, rouge, turquoise, vert amande, violet), il met en lumière des chiffres arabes imposants. Positionnés aux quatre points cardinaux pour une touche de modernité, ils sont cadencés par un duo d’aiguilles finement polies et recouvertes de matière luminescente, offrant une visibilité maximale de l’heure, y compris dans l’obscurité. Revisitant le charisme d’un classique horloger dans un esprit contemporain, la montre Augarde charme assurément par son esthétique raffinée.

Distinctive par son boîtier, la montre Augarde permet de twister les bracelets au gré de ses envies. Montés sur une pompe flash dotée d’un goupillon actionnable manuellement, les bracelets proposés par la marque horlogère française, se changent en trente secondes, sans aucun outillage, ni complexité. Et là, Augarde laisse le plaisir du choix !
Déclinés en 10 couleurs pour satisfaire tous les goûts, ces bracelets interchangeables Augarde sont réalisés dans un silicone souple au toucher peau de pêche et traité anti-poussière. Disponibles également en cuir italien pleine fleur pour les adeptes d’un esthétisme plus classique, ils sont soigneusement travaillés, jusqu’à la boucle ardillon siglée Augarde. Se métamorphosant en un clin d’oeil pour s’accorder à un look sportif, chic ou décontracté, la montre Augarde se réinvente à l’infini. Elle vit au tempo de la mode, jouant une pluralité de styles et mettant du pep’s au poignet. A chacun de laisser libre cours à son imagination !
Pensée jusque dans les moindres détails, la montre Augarde est accompagnée d’une pochette en tissu, pratique pour ranger tous les bracelets acquis et les emporter partout avec soi.

Existant dans une seule taille de boîtier, la montre Augarde adopte la mixité des genres. Unisexe, elle sera à l’aise tant sur un poignet féminin que masculin. C’est là où le bracelet interchangeable entre en jeu. Plus étroit pour les femmes que celui des hommes, il féminisera l’allure générale de la montre ou, au contraire, la rendra plus masculine. Du coup, cette montre devient ludique, pouvant être partagée ou échangée avec sa moitié ou ses amis. Totalement fun !
Rythmée par un mouvement quartz (Miyota 2025), la montre Augarde garantit fiabilité et précision (+/- 0.67 seconde par jour). Etanche à 50 mètres, elle est proposée à la vente à partir de 149 €, les bracelets interchangeables en silicone étant vendus 25 € et ceux en cuir à 35 €. Une belle surprise au regard de la qualité perçue et du soin apporté aux finitions. L’essayer, c’est l’adopter et ne plus la quitter !

Liste des points de vente disponible sur www.augarde.com 

 

Entrer
1 2 3 4 5 30
Page 3 of 30

La Newsletter BLAKE

Chaque mois recevez des offres exclusives, coups de cœur, spots préférés, ventes très privées, sessions de découvertes culinaires et défilés et événements mode.

Le tout, sélectionné par la rédaction.