Login

Register

Login

Register

close
Mario Testino (48)
Spread the love

Mario Testino, né le 30 octobre 1954 à Lima, Pérou, est un photographe de mode péruvien.

Il est l’aîné de sept enfants, d’un père italien et d’une mère irlandaise. Il dira plus tard que ce qu’il est devenu est le fruit de ce mélange de cultures : des grands-parents de différentes nationalités, des études dans un collège américain, une enfance dans les rues de Lima, les plages péruviennes, les filles en bikini, les traditionnels Incas… Des contrastes qui le marqueront à vie et qu’il retranscrira dans son travail et sa préférence pour le noir et blanc. Testino a étudié à l’université du pacifique (Pérou), puis à l’Université catholique pontificale du Pérou et à l’Université de Californie à San Diego.

En 1976 Mario Testino s’installe définitivement à Londres. Il loue un appartement situé dans un hôpital désaffecté et commence à essayer de vivre de son travail. Pour 25 livres, il compose les books de jeunes mannequins. Petit à petit, il prend de l’assurance, acquiert de la technique et démarche avec ses photos les magazines et commence à faire des shootings mode. C’est à ce moment que certaines rencontres vont changer sa vie…

Madonna, qui découvre le travail du photographe dans une revue, le contacte directement et lui demande s’il veut bien la photographier pour une campagne de pub. La campagne de Versace est prévue pour être shootée par Richard Avedon, mais la chanteuse parvient à ses fins et le fait remplacer par son protégé. Lorsque Testino apporte les épreuves du shooting à Gianni Versace, ce dernier est emballé et lui confie qu’il a rarement vu un photographe qui sache aussi bien mettre les vêtements en valeur. Gianni décide alors de faire précéder la série de photos par l’inscription “Versace presents : Madonna by Testino”, ce qui s’apparente à un véritable plébiscite du couturier italien en faveur de ce jeune photographe. Vogue et Vanity Fair accueillent la campagne de pub dans leurs pages et Testino devient Le photographe avec qui il faut compter.

On lui demande ensuite de photographier la princesse Diana. Lorsqu’il se retrouve face à elle, il tente de créer une atmosphère décontractée et laisse jouer la musique qu’il écoutait avant qu’elle ne pénètre dans la salle. Il se met à lui mimer les filles défilant sur les podiums, esquisse quelques pas de danse et lui demande de danser. Elle ne semble pas l’avoir entendu, et il répète plusieurs fois sa requête. Elle lui sourit et finit par lui répondre qu’elle a très bien saisi sa demande, mais qu’elle n’est pas péruvienne, juste anglaise… La glace est rompue et pour les dix années suivantes, Testino sera considéré dans le cœur des Anglais comme le photographe préféré de Diana. Mario Testino est demandé de toutes parts et se constitue un fabuleux carnet d’adresses. Il est tellement influent que les modèles qu’il choisit de photographier voient leur carrière exploser. On lui doit entre autres l’arrivée de Kate Moss, Gisèle Bundchen, Catherine McNeil…

Installé au sein de la crème des magazines, Mario Testino n’a cependant pas encore réalisé le coup de maître qui le fera entrer dans l’Histoire. Il va bousculer l’establishment fashion – avec Carine Roitfeld qui à l’époque est sa styliste photo – en donnant les armes nécessaires à Tom Ford pour faire de Gucci l’événement de l’année. Sous l’objectif de Mario Testino naît ainsi le “Porno Chic”, qui fera les beaux jours du créateur texan. Controversé, adulé, Testino est définitivement mis sur orbite…

Au-delà de son savoir-faire et de son talent indéniable de photographe, Mario Testino a quelque chose en plus qui fait que tous l’adorent : il incarne la joie de vivre. Ses séances photo – quelque en soient le thème – ne sont réussies selon lui que si elles sont émaillées de grands éclats de rire.

Par ailleurs, alors que certains photographes considèrent les modèles juste comme des pions, lui ne peut s’empêcher de tisser des liens avec les filles avec qui il va travailler. Il veut les connaître, aller au-delà de leur plastique et mettre en valeur leur personnalité, leur humeur, leurs idées. Il a réalisé très tôt dans sa carrière que son travail occuperait la majeure partie de sa vie, et que s’il ne prenait pas du plaisir avec les gens qu’il photographiait, son existence risquait d’être extrêmement ennuyeuse.

Mario Testino n’est pas un photographe qui analyse son travail en le décortiquant froidement, il le vit sur l’instant. C’est cela qui le fascine : réussir à capter une expression qui n’existait pas avant et qui n’existe plus après, donner l’impression que les photos saisissent un instant unique et fugace, en rien apprêté ou calculé. Cependant dans la photographie de mode, les partis pris peuvent changer, selon l’esprit des collections.

Tags : blakeblake livelyBlake magazineblakemagbrazilcover boyfashion weekmagazine de modemale model fashionmario testinomodelrio de janeiroVMan

La Newsletter BLAKE

Chaque mois recevez des offres exclusives, coups de cœur, spots préférés, ventes très privées, sessions de découvertes culinaires et défilés et événements mode.

Le tout, sélectionné par la rédaction.